(Ottawa) Les libéraux ont officiellement déposé le projet de loi qui déterminera le sort de milliards de dollars en soutien supplémentaire pendant la pandémie — et qui pourrait aussi déterminer le sort du gouvernement minoritaire à Ottawa.

La Presse Canadienne

Le projet de loi déposé mercredi en Chambre vise à faire adopter les dépenses proposées dans l’énoncé économique de l’automne présenté lundi par la ministre des Finances, Chrystia Freeland.

Les libéraux veulent faire de l’adoption de ce projet de loi un vote de confiance aux Communes, ce qui signifie que le gouvernement minoritaire pourrait tomber s’il n’obtenait pas le soutien nécessaire en Chambre. Si le gouvernement n’obtient pas l’appui d’au moins un parti de l’opposition, le Canada sera plongé en campagne électorale.

Le porte-parole conservateur en matière de finances, Pierre Poilievre, a déclaré que son parti lirait attentivement le projet de loi pour s’assurer qu’il est en phase avec ce que le gouvernement prétend.

L’énoncé économique de lundi — une « mise à jour » des dépenses gouvernementales — prévoyait un peu plus de 25 milliards de nouvelles sommes pour compléter et étendre les programmes existants. Le gouvernement veut aussi créer un programme qui offrirait des prêts à faible taux d’intérêt, pouvant atteindre 1 million, aux entrepreneurs les plus durement touchés par la pandémie, notamment dans les secteurs du tourisme, de la culture ou de l’aviation régionale, avec une touche particulière pour les plus petites entreprises.

Les libéraux promettent également d’accorder, à compter de l’année prochaine, jusqu’à 1200 $ par enfant de moins de six ans pour les familles à revenu faible ou moyen qui ont droit à l’Allocation canadienne pour enfants.