(Ottawa) Le gouvernement Trudeau annonce le gel de licences d’exportation vers la Turquie à la lumière d’informations selon lesquelles des technologies canadiennes auraient été utilisées dans le conflit militaire au Haut-Karabakh.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

Le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, avait prévenu la semaine dernière qu’il n’hésiterait pas à mettre le holà sur certaines licences après avoir eu vent que des capteurs électro-optiques fabriqués par une entreprise de Burlington, en Ontario, étaient utilisés dans des drones d’attaque turcs. Une enquête avait d’ailleurs été ouverte à ce sujet.

La Turquie soutient l’Azerbaïdjan dans le conflit avec l’Arménie dans le Haut-Karabakh, région séparatiste du Caucase du Sud. L’ONG canadienne Project Ploughshares a publié un rapport alléguant qu’Ankara utilise de plus en plus un capteur électro-optique fabriqué par L3Harris WESCAM, une filiale canadienne de la société américaine L3Harris.

« Dans le respect du régime rigoureux de contrôle à l’exportation du Canada, et compte tenu des hostilités continues, j’ai suspendu les licences d’exportation pertinentes vers la Turquie, le temps de mieux évaluer la situation », a déclaré par voie de communiqué le diplomate en chef François-Philippe Champagne, lundi après-midi.

« Le Canada demeure préoccupé par le conflit actuel au Haut-Karabakh, qui se traduit par des bombardements de collectivités et des pertes civiles. Nous demandons que des mesures soient prises immédiatement pour stabiliser la situation sur le terrain, et nous réitérons que rien ne peut remplacer une solution pacifique et négociée à ce conflit », a-t-il ajouté.

Le Comité national arménien du Canada a récemment appelé le gouvernement fédéral à « condamner cette agression pure et simple » de l’Azerbaïdjan et à interrompre immédiatement les exportations d’armes vers la Turquie

« Selon les rapports officiels, les pertes civiles et militaires augmentent et l’agression de l’Azerbaïdjan a provoqué une destruction importante des infrastructures civiles, y compris des fournitures humanitaires de base, en partie grâce à l’utilisation de drones améliorés canadiens », a déclaré le comité la semaine passée.

Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé un peu plus tôt en conférence de presse, lundi, que le ministre des Affaires étrangères s’envolerait sous peu vers l’Europe pour rencontrer des alliés du Canada afin de notamment discuter de ces heurts dans le Caucase du Sud.

– Avec La Presse Canadienne