(Québec) Le Parti québécois veut tout faire pour éviter des problèmes similaires à ce qui est arrivé aux conservateurs, dimanche, alors que l’élection de leur nouveau chef Erin O’Toole a mis des heures avant d’être confirmée. « On prend des notes », a pris la peine d’écrire sur Twitter le chef péquiste par intérim Pascal Bérubé à un internaute qui lui demandait si leur décompte se ferait « sans anicroche ».

Hugo Pilon-Larose
Hugo Pilon-Larose La Presse

Pour y arriver, les péquistes travaillent ces jours-ci à la création d’une application qui permettra à leurs membres de voter entre le 5 et le 9 octobre à 15 h. L’application, développée à l’interne au coût de « quelques milliers de dollars », permettra au PQ de tenir un vote électronique, sur le web ou par téléphone, contrairement à un vote postal.

« À cause de la COVID-19, mais aussi parce qu’on est en 2020, on essaie de trouver des moyens technologiques qui permettront de régler ça rondement et d’éviter ce » qui est arrivé aux conservateurs, explique Dieudonné Ella Oyono.

Combien de membres ?

La course péquiste prend forme plus que jamais cette semaine alors qu’un premier débat virtuel se tiendra mercredi sur le thème de la « liberté et du Parti québécois » entre les quatre aspirants chefs – le député Sylvain Gaudreault, l’humoriste Guy Nantel, l’avocat Paul St-Pierre Plamondon et l’enseignant en histoire Frédéric Bastien. Ce débat, animé par l’ancienne présidente du parti Gabrielle Lemieux, sera diffusé sur l’internet depuis un studio de Granby.

Pour la première fois de son histoire, le PQ permettra cet automne aux sympathisants, officiellement appelés des « membres ponctuels », de voter dans leur course au coût de 5 $. Un sympathisant doit payer son droit d’entrée et fournir son courriel et son adresse, entre autres, avant le 9 septembre. Les membres en règle du parti dont la carte est échue depuis plus ou moins un an ont jusqu’au 18 septembre pour la renouveler s’ils veulent voter.

À ce jour, le Parti québécois affirme avoir près de 50 000 membres, incluant dans ce calcul ceux qui n’ont pas renouvelé leur carte de membre depuis près d’un an.

Après le 18 septembre, le parti connaîtra donc le nouveau portrait de ses membres, ainsi que le nombre de sympathisants qui ont payé leur droit d’entrée afin de voter dans la course. À ce stade-ci, aucune décision n’a été prise afin de savoir si ces informations seront rendues publiques, affirme Dieudonné Ella Oyono.

Au moment de voter, les membres et les sympathisants péquistes devront faire leur choix parmi les candidats pour chacun des potentiels trois tours de vote. Pour gagner, un candidat à la course doit obtenir 50 % plus un des voix. À chaque tour, le candidat ayant reçu le moins de votes est éliminé, ou tout candidat n’ayant pas obtenu au moins 10 % des votes.

Le résultat final de la course sera dévoilé le 9 octobre prochain en soirée, quelques semaines après le début de la session parlementaire à Québec. Le PQ espère être en mesure de dévoiler son nouveau chef devant un certain nombre de militants.

« On va regarder comment la situation [de la COVID-19] évolue et on prendra une décision vers la dernière semaine de septembre. Pour l’instant, on regarde ce que les démocrates ont fait aux États-Unis, ou les conservateurs [la fin de semaine dernière], et on essaie de s’inspirer des bonnes pratiques », explique Dieudonné Ella Oyono.