Le chef du Bloc québécois a tiré à boulets rouges jeudi sur le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD). Yves-François Blanchet a accusé Jagmeet Singh d’avoir créé une « grave » crise sociale et d’être responsable d’un déferlement de « haine » pour avoir traité un élu bloquiste de « raciste » à la Chambre des communes, sans jamais s’excuser.

Louis-Samuel Perron Louis-Samuel Perron
La Presse

Cette affaire a été relancée mercredi à la suite de gazouillis publiés sur Twitter par Yves-François Blanchet et le chef adjoint du NPD, Alexandre Boulerice. Le chef bloquiste a reproché au député néo-démocrate d’être « fier que son chef ait agressé un député dans une mise en scène partisane orchestrée, appuyée par [Justin] Trudeau, contre un parti plus progressiste et digne que le sien ».

Le député néo-démocrate s’en est ensuite pris à M.  Blanchet en évoquant son « début de conspirationniste ». « Ça ne me surprend pas. [Le député Alain] Therrien avait aussi propagé des théories bizarroïdes contre une motion de QS sur l’islamophobie. Une belle continuité ! », a écrit M. Boulerice.

Interrogé sur ces accusations de conspiration en marge d’une rencontre avec le premier ministre François Legault à Montréal, Yves-François Blanchet n’a pas caché son irritation de reparler de ce sujet « viscéralement insignifiant ».

« Je vous invite à poser la question au chef du NPD lui-même, s’il n’est pas responsable de quelque chose de grave à deux égards. Un, il a traité le premier ministre de tous les Québécois de raciste, parce qu’il ne reconnaît pas le terme racisme systémique, et deux, un de ses députés, dans un gazouillis, a associé le Bloc québécois à l’esclavage et à l’Holocauste. »

« Est-ce que le chef du NPD n’en est pas rendu à se regarder dans le miroir sérieusement et savoir s’il n’a pas créé une crise sociale grave, une division grave entre des gens qui […] devront rester des amis, et pour l’instant, transigent la haine et les accusations non fondées à cause de lui, et de lui seul, et de lui personnellement ? », a martelé le chef bloquiste, qui n’a pas voulu réponse à d’autres questions sur le sujet.

Pour Alexandre Boulerice, cette sortie du chef bloquiste montre un « profond malaise » et possiblement un « début de panique » au sein du Bloc québécois. Le député néo-démocrate maintient ainsi ses propos concernant le conspirationnisme d’Yves-François Blanchet.

« On s’amuse à s’inventer des alliances et des manigances qui existent uniquement dans l’esprit du chef du bloc, comme si Jagmeet [Singh], M. Trudeau et moi avions eu une réunion. Je ne vois pas où est-ce qu’il s’en va avec ça. Si j’ai tweeté ça, c’est aussi pour souligner le fait qu’il parle un peu des deux côtés de la bouche. Ils savent qu’une partie de leur base électorale est sensible à ça. Ils ont un peu un double discours », a affirmé M. Boulerice.

Rappelons que Jagmeet Singh a été expulsé de la Chambre des communes le mois dernier pour avoir traité le député Alain Therrien de « raciste », puis en refusant de présenter des excuses. Le chef néo-démocrate avait ensuite affirmé avoir vu le « visage du racisme ». Le Bloc québécois avait refusé d’appuyer une motion sur le racisme systémique, puisqu’un comité fédéral devait déjà étudier la question.

Une rencontre « sympathique » avec Legault

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Yves-François Blanchet et François Legault

Yves-François Blanchet s’est entretenu pendant environ une heure jeudi avec François Legault au centre-ville de Montréal. Une rencontre « fort sympathique » où le chef bloquiste affirme avoir eu « du plaisir » avec le premier ministre. Malgré leur bonne entente, il n’envisage pas de conclure une alliance stratégique avec le chef caquiste. « C’est une question de collaboration, en particulier dans une période de crise », a-t-il expliqué.

Le chef bloquiste a notamment abordé avec le premier ministre l’abandon cette semaine de plusieurs dessertes régionales aériennes par Air Canada. Une décision « irresponsable » de la part du transporteur aérien, alors qu’Ottawa a avancé 800 millions à l’entreprise et a refusé de l’obliger à rembourser les billets des voyageurs, a lancé M.  Blanchet. « C’est une préoccupation qu’on partage [avec M.  Legault] », a-t-il dit.

Yves-François Blanchet se dit « très optimiste » que le gouvernement Legault va aller de l’avant pour desservir les régions abandonnées par Air Canada. « Notre rôle sera de dire au gouvernement [fédéral] : faites votre part dans cet effort qui est absolument essentiel. Et surtout, ne créez pas d’obstacles à la capacité du Québec d’avoir des compagnies aériennes québécoises offrant des dessertes québécoises », a affirmé le chef bloquiste.

Ottawa devrait tout simplement remettre à Québec les sommes allouées à Air Canada pour permettre de « développer notre propre desserte régionale avec nos propres entreprises aériennes », estime le chef bloquiste. « Maintenant, cette réflexion est à la fois embryonnaire et urgente », a-t-il ajouté.