(Québec) La Coalition avenir Québec (CAQ) de François Legault méprise le Parti québécois (PQ) parce qu’elle pense l’avoir tué, selon le député péquiste Harold LeBel.

Caroline Plante
La Presse canadienne

Il a fait une sortie éclatante, mercredi, à la défense de son chef, Pascal Bérubé, qui la veille, furieux, était sorti en trombe du Salon bleu.

M. Bérubé venait de se faire accuser par le premier ministre Legault de vouloir « tuer le tourisme » dans le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie, une « cheap shot », selon M. LeBel.

Le chef péquiste avait soulevé des questions en Chambre sur le déconfinement. En clair, Pascal Bérubé voulait savoir si la décision de lever les contrôles routiers en région était politique ou bien si elle s’appuyait sur la science.

Visiblement agacé, M. Legault l’a accusé de vouloir tuer le tourisme dans sa région, ce à quoi M. Bérubé a répondu que le premier ministre tenait des propos « minables ».

Selon Harold LeBel, ce n’est pas la première fois que François Legault fait preuve de « mépris » à l’endroit du PQ.

M. Legault est un ancien ministre péquiste qui, une fois au pouvoir avec la CAQ, a recruté une grande partie du personnel des cabinets au PQ.

« Il nous a regardé de haut et il fait souvent ça, a lancé M. LeBel en point de presse. Ils ont l’impression qu’ils ont tué le Parti québécois pis ils veulent le tuer jusqu’au bout pis c’est pas vrai. Ils ne nous ont pas tués pis on est là et on va faire notre travail. […] On est des gens de conviction et on va continuer à se battre. »

L’épisode de mardi, « c’était vraiment bas, a renchéri M. LeBel. J’étais insulté d’entendre ça. »