(Québec) Le chef par intérim du Parti québécois, Pascal Bérubé, affirme que « le peuple ne suit pas [François] Legault » dans le prêt de 200 millions US que pourrait accorder Québec au Cirque du Soleil.

Hugo Pilon-Larose Hugo Pilon-Larose
La Presse

« Hier, le premier ministre du Québec a indiqué que l’investissement de son gouvernement dans le Cirque du Soleil était une idée brillante. Jusqu’à maintenant, je n’ai pas trouvé beaucoup de monde qui partage cette appréciation », a-t-il dénoncé jeudi, qualifiant l’annonce du gouvernement « très questionnable […] en temps de pandémie, lorsque les gens ont l’attention ailleurs ».

Mardi, Québec a annoncé qu’il avait obtenu le droit de racheter le Cirque du Soleil d’ici trois ans en échange d’un prêt de 200 millions US. Ce prêt sera accordé si les actionnaires actuels sont en mesure de rester en selle pendant la restructuration de l’entreprise, durement frappée par la crise de la COVID-19.

« À part le président du conseil d’administration [du Cirque, Mitch] Garber, qui se réjouit de ce qui a été annoncé ? Le peuple ne suit pas M. Legault là-dessus. Il ne trouve pas que c’est une idée brillante, présentement, en temps de pandémie, de dire : les milliardaires en premier, puis les autres [dans le domaine culturel], ils attendront », a dit M. Bérubé jeudi.

« Si vous n’êtes pas dans le cirque, là, si vous êtes dans le théâtre, si vous êtes dans le cinéma, si vous êtes dans d’autres arts, bien, vous n’êtes pas des big shots, puis vous ne passerez pas en priorité », a-t-il ensuite dénoncé.