(Ottawa) Très peu de Canadiens s’intéressent à la course au leadership du Parti conservateur, à en croire un sondage Léger effectué pour le compte de La Presse canadienne.

Lina Dib
La Presse canadienne

Lorsque le sondeur a demandé à son échantillon non probabiliste qui, dans une liste de neuf politiciens, ferait le meilleur chef pour le Parti conservateur du Canada, ils ont été 63 % à ne pas répondre. Au Québec, la proportion de personnes non intéressées — ou très discrètes — s’élève à 70 %.

Le sondage pour lequel il est impossible de calculer une marge d’erreur a été mené entre le 28 février et le 2 mars alors qu’une première liste des candidats au leadership conservateur a été dressée.

Depuis, un de ces neuf politiciens, Richard Décarie, s’est vu refuser le droit de participer à la course par les instances du parti.

Il en reste donc huit.

L’ancien ministre Peter MacKay se démarque du lot en récoltant 25 %. Erin O’Toole, un autre ancien ministre, n’est qu’à 4 % et les six autres candidats sont à peine visibles à 2 et à 1 %.

Le seul Québécois du lot, Rudy Husny, enregistre un maigre 1 %.

Le sondage a été effectué auprès de 1540 Canadiens dont 404 Québécois, issus d’un panel internet de 400 000 Canadiens dont Léger se sert pour ses sondages.

Les militants conservateurs choisiront leur prochain chef le 27 juin prochain. D’ici la fin du mois de mars, les candidats qui veulent aller jusqu’au bout de l’aventure devront avoir versé 300 000 $ au parti et prouvé l’appui de 3000 militants en ayant recueilli leurs signatures.