(Québec) Québec solidaire dénonce les « sorties intempestives » de Pierre Karl Péladeau et se questionne « pourquoi il pense que son opinion est déterminante » dans la relance du Groupe Capitales Médias (GCM).  

Hugo Pilon-Larose Hugo Pilon-Larose
La Presse

Le président de Québecor « est un patron de presse [qui] souhaite se constituer ce qui s’approche de plus en plus à un monopole », a dit mardi Gabriel Nadeau-Dubois. M. Péladeau a donné des entrevues à différents médias ces derniers jours, dont à Paul Arcand, mardi, où il a rappelé que son entreprise médiatique, par sa structure, pouvait générer des économies de 18 millions à GCM afin de favoriser sa relance.  

À la période de questions, mardi, la députée solidaire Catherine Dorion a présenté une motion sans préavis, conjointement avec le ministre de l’Économie, entre autres, réitérant « l’importance de la diversité de presse pour une démocratie en santé. »

Dans la motion, adoptée à l’unanimité, l’Assemblée nationale « exprime [aussi] son soutien au modèle coopératif choisi pour relancer l’entreprise Capitales Médias, qui permet d’impliquer les travailleuses et les travailleurs dans la relance des six quotidiens ». Une copie de cette motion, à la demande du leader parlementaire solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, sera envoyée à Pierre Karl Péladeau.    

Pour une diversité d’information

Lundi, le premier ministre du Québec, François Legault, a répondu à une lettre écrite par M. Péladeau la semaine dernière, dans laquelle il invite Québec à reconsidérer son offre de reprise de GCM. Desjardins n’a pour sa part toujours pas dévoilé si elle allait participer ou non au plan de relance de la Coopérative des employés du Groupe Capitales Médias, un scénario que la coopérative financière étudie à nouveau après un premier refus.    

Dans tous les cas, pour M. Legault, Québecor « prend déjà beaucoup de place » dans l’écosystème médiatique au Québec et il faut « avoir une diversité dans l’offre d’information ».  

« On est d’accord avec François Legault, a affirmé mardi Gabriel Nadeau-Dubois. Tant mieux si le premier ministre a mis son pied à terre. On va se le dire, et je vais peut-être manger une mise en demeure pour avoir dit ça, mais la raison pour laquelle M. Péladeau s’implique dans cette affaire, c’est parce qu’il a un intérêt mercantile, un intérêt commercial à concentrer encore plus la presse au Québec. »

- Avec La Presse canadienne