(Québec) Jean Boulet promet aux parents d’enfants adoptés qu’ils auront droit au « même niveau de compensation » financière et à « la même période de temps » de congés parentaux que ce qu’ont les parents biologiques au Québec.  

Hugo Pilon-Larose Hugo Pilon-Larose
La Presse

« Je vais m’assurer de respecter notre engagement à l’effet qu’il y ait une égalité entre les parents adoptants et les parents biologiques », a affirmé le ministre du Travail, mardi, sans préciser comment il entendait y arriver.  

En campagne électorale, la Coalition avenir Québec (CAQ) avait promis, dans une lettre envoyée à la Fédération des parents adoptants, d’augmenter « le nombre de semaines de prestations [au Régime québécois de l’assurance parentale (RQAP)] pour les parents adoptants afin que ces derniers bénéficient des mêmes avantages que les parents biologiques, c’est-à-dire 55 semaines au lieu de 37 ».

Or la semaine dernière, dans le projet de loi 51 modernisant le RQAP, Québec a augmenté les semaines de prestations des parents adoptants, sans toutefois atteindre l’égalité de traitement avec les parents biologiques. M. Boulet avait alors expliqué, pour justifier cette différence, que « la mère qui porte l’enfant, qui a la période de grossesse et d’accouchement […] doit composer avec des effets physiologiques que les parents adoptants n’ont pas à gérer ». Le gouvernement aurait pu être poursuivi, avait-il dit, s’il accordait un traitement identique aux deux types de parents.  

« Il y a deux enjeux dans le RQAP. Selon les avocats, on ne peut pas mettre le même nombre de semaines pour les parents adoptants que pour les parents biologiques. Il y aurait un risque important de poursuite. Par contre, ce qu’on a convenu, et c’était une promesse durant la campagne électorale qu’on va respecter, c’est qu’on va trouver un autre moyen, à l’extérieur du RQAP, de donner aux parents adoptifs le même nombre de semaines que les parents biologiques », a dit le premier ministre François Legault mardi.  

Le ministre du Travail n’a pour sa part pas annoncé comment il entendait en arriver à une égalité de traitement, mais chose certaine, la solution « créative » ne passerait pas par une nouvelle bonification du RQAP. M. Boulet a promis de discuter de la problématique avec d’autres ministres, tout en assurant que l’objectif d’égalité devait être atteint.

En point de presse mardi à l’Assemblée nationale, la députée péquiste Véronique Hivon, accompagnée de la Fédération des parents adoptants, a réitéré que le RQAP devait accorder le même traitement aux parents adoptants qu’aux parents biologiques.  

« Quand le ministre arrive avec des arguments légalo-légalistes qu’il pourrait y avoir des poursuites, ça ne tient pas la route. […] Personne ne peut imaginer qu’une mère biologique intenterait un recours contre le gouvernement parce que les familles adoptantes se verraient donner des semaines équivalentes », a-t-elle dit.