(Québec) Plus d’une trentaine d’anciens candidats péquistes et de présidents d’associations régionales et de circonscriptions joignent leur voix pour inciter Paul St-Pierre Plamondon à se lancer dans la course à la direction du Parti québécois.

Hugo Pilon-Larose Hugo Pilon-Larose
La Presse

Dans une lettre ouverte qui a circulé ces derniers jours et qui a été obtenue par La Presse, ces militants du PQ lancent un message : « PSPP doit se lancer ». Selon nos informations, ce dernier confirmera qu’il sera de la course cet hiver.

« Paul St-Pierre Plamondon s’est révélé au Parti québécois lors de la chefferie de 2016, alors qu’il en a surpris plus d’un par sa campagne dynamique portée par ses convictions. Farouchement social-démocrate et nationaliste, nous croyons que sa candidature saurait faire la synthèse des différentes sensibilités au sein de parti », écrivent-ils.

Avocat, auteur du rapport Oser repenser le PQ et ancien candidat à la direction du parti en 2016, M. St-Pierre Plamondon serait ces jours-ci pris par ses obligations professionnelles et familiales. Père d’une petite fille, sa famille accueillera un nouvel enfant au cours des prochains mois.

Les 9 et 10 novembre dernier, au congrès de refondation du PQ à Trois-Rivières, il avait dit que le parti était selon lui le « détroit de Magellan » de la gauche et de la droite au profit d’un seul objectif, la souveraineté.

Se présenter en rassembleur

En coulisse, des militants s’activent pour préparer l’arrivée de Paul St-Pierre Plamondon dans la course. Celui qui a longtemps été étiqueté comme « l’orphelin politique » s’affichera cette fois-ci comme le candidat du rassemblement entre la mouvance identitaire et l’aile plutôt sociale-démocrate du PQ.

Dans leur lettre, les présidents d’associations et ex-candidats péquistes disent souhaiter « un PQ renouvelé, dynamique et convaincant ».

« Le Parti québécois est à une étape déterminante de son parcours historique où il doit arriver non seulement à se reconstruire en reconnectant avec toutes les sphères de la société québécoise, mais il doit aussi réussir à réhabiliter le concept d’indépendance dans l’espace public par un discours crédible et enthousiasmant », peut-on lire dans la lettre ouverte.

Si tous les signataires ne sont pas nécessairement de l’équipe de celui qu’il nomme « PSPP », comprend-on, ils ne peuvent imaginer une course où l’historien Frédéric Bastien et le député Sylvain Gaudreault seraient les seuls candidats à la direction.