(Québec) Le gouvernement du Québec va puiser dans ses coffres pour rénover 8 de ses 14 avions-citernes chargés de la lutte aux incendies de forêt, des appareils autrefois connus sous le nom de Canadair.

Gabriel Béland Gabriel Béland
La Presse

Québec a prévu 42 millions pour changer le cockpit et les outils de navigation de ses CL-415, des avions livrés à partir de 1995. Les appareils devront par exemple être munis de système de navigation GPS.

« Les pièces commencent à être manquantes, donc il fallait intervenir, a expliqué le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour. On ne voulait pas devoir racheter ces avions-là. Acheter un seul de ces avions coûte 55 millions. »

Les Canadair étaient naguère produits par Bombardier et exportés à travers le monde. Mais l’entreprise s’est départie de sa filière d’avions-citernes en 2016. Une société de la Colombie-Britannique, Viking Air, l’a rachetée. C’est cette entreprise qui se chargera de la modernisation des huit avions du gouvernement québécois.

« Ça va permettre au Québec de réaffirmer sa place de leader dans la lutte contre les incendies de forêt », a assuré le ministre Dufour, lors d’une annonce à Québec mardi. Il a rappelé que les avions-citernes québécois avaient éteints des feux non seulement ici, mais également en Californie, en Argentine et au Paraguay dans les dernières années.

Le gouvernement justifie sa décision par des arguments économiques. Un nouvel avion coûterait 55 millions. Avec 42 millions, le gouvernement pense arriver à augmenter la durée de vie des huit CL-415 de 25 ans.

Le système de navigation des CL-415 n’a jamais été modernisé auparavant. Avec cette commande du Québec, Viking Air devra donc innover et développer un programme à partir de zéro.

« Le gouvernement du Québec a été le premier client de la série CL », a rappelé le vice-président de Viking Air, Dominique Spragg.

Son entreprise va transformer les avions au Québec, dans les hangars du gouvernement. L’opération doit être complétée en 2024. La lutte aux incendies ne sera pas affectée, a assuré le ministre, car les avions seront modifiés un à la fois.

En plus des CL-415, le gouvernement détient six CL-215, le prédécesseur du CL-415. Ces avions n’ont pas besoin d’être modernisés pour l’instant. Mais le ministre des Forêts précise qu’il n’écarte pas qu’ils le soient aussi dans les prochaines années.