(Ottawa) À peine élu, l’écologiste bien connu Steven Guilbeault devrait gravir rapidement les échelons du pouvoir à Ottawa en accédant au Cabinet. Le candidat vedette des libéraux dans la région de Montréal au dernier scrutin fédéral devrait se voir confier le ministère du Patrimoine mercredi lorsque le premier ministre Justin Trudeau annoncera la composition de son cabinet.

Joël-Denis Bellavance Joël-Denis Bellavance
La Presse

Selon des informations obtenues par La Presse, lundi soir, le premier ministre devrait aussi écarter l’idée de s’adjoindre les services d’un lieutenant politique au Québec, même s’il avait entrepris une réflexion à ce sujet depuis les résultats des élections fédérales qui ont vu le Bloc québécois remporter 32 des 78 sièges de la province. « Le premier ministre ne veut rien savoir d’avoir un lieutenant politique au Québec », a laissé tomber lundi soir une source libérale qui a requis l’anonymat parce qu’elle n’avait pas l’autorisation de parler publiquement du jeu de chaises musicales à venir.

M. Trudeau devrait confier à l’actuel titulaire du ministère du Patrimoine, Pablo Rodriguez, le poste de leader du gouvernement en Chambre – un poste des plus névralgiques alors que les libéraux sont désormais minoritaires à la Chambre des communes, toujours selon nos informations.

Ayant déjà servi comme whip du caucus libéral, M. Rodriguez sera donc l’homme de confiance pour diriger les travaux parlementaires et négocier les compromis nécessaires qui permettront au gouvernement Trudeau d’obtenir l’appui de l’un des partis de l’opposition et ainsi de se maintenir au pouvoir aux Communes.

Parmi les changements envisagés par le premier ministre au sein de son équipe de proches collaborateurs, Justin Trudeau tenterait de convaincre l’actuel ambassadeur du Canada à l’ONU, Marc-André Blanchard, de rejoindre son équipe à Ottawa. Selon nos informations, M. Blanchard avait songé un moment à briguer les suffrages durant la dernière campagne en portant les couleurs du Parti libéral, mais M. Trudeau lui-même l’en aurait dissuadé étant donné que le Canada mène depuis des mois une campagne pour décrocher un siège non permanent au Conseil de sécurité de l’ONU.

Joly et Duclos promus

Les ministres du Québec Mélanie Joly (Tourisme, Langues officielles et Francophonie) et François-Philippe Champagne (Infrastructures et Collectivités) devraient obtenir « des promotions importantes », selon des sources libérales, tandis que Jean-Yves Duclos, qui est ministre du Développement social, de la Famille et des Enfants, pourrait obtenir le Conseil du Trésor.

La ministre du Revenu national, Diane Lebouthillier, demeurera au sein du Cabinet et devrait conserver les mêmes responsabilités, tout comme le ministre des Transports, Marc Garneau.

Au cours des derniers jours, des médias anglophones ont rapporté que l’actuelle ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, se verrait confier le ministère des Affaires intergouvernementales afin de prendre en main le délicat dossier de l’unité nationale.

Les élections fédérales ont mis en relief de vives tensions régionales alors que les libéraux ont été rayés de la carte électorale en Alberta et en Saskatchewan, deux provinces vivement opposées à la taxe fédérale sur le carbone et aux politiques en matière de développement des ressources naturelles du gouvernement Trudeau.

Tout indique que le ministre des Finances, Bill Morneau, conservera aussi les mêmes responsabilités, Justin Trudeau jugeant essentiel de maintenir une stabilité à un ministère d’une telle importance. Il est aussi plutôt rare qu’un premier ministre décide de nommer un nouveau grand argentier du pays en cours de route, à moins d’y être forcé par des circonstances politiques extraordinaires, comme ce fut le cas lorsque Jean Chrétien a congédié Paul Martin en 2002 parce qu’il refusait de mettre en sourdine ses ambitions politiques de diriger le Parti libéral du Canada.