(Ottawa) Il n’est pas disponible, mais si le job de chef du Parti conservateur le devenait, Jean Charest n’en voudrait pas.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

« J’ai fait 28 ans de vie publique, ça a été merveilleux, mais je n’ai pas l’intention de revenir en politique », a-t-il affirmé en marge d’un discours à Ottawa, mercredi.

L’ancien premier ministre québécois, qui a dirigé le Parti progressiste-conservateur de 1993 à 1998, n’a pas voulu se prononcer sur l’avenir d’Andrew Scheer à la barre de la formation.

« C’est une décision que le parti, les militants et les députés doivent prendre, alors je ne vais pas me prononcer là-dessus », a-t-il offert.

Le chef conservateur a été critiqué dans la foulée de la défaite du 21 octobre dernier, mais il a survécu la semaine dernière à un premier test : la confiance du caucus.

La prochaine étape sera de conserver celle des délégués qui convergeront à Toronto en avril prochain.

Si Andrew Scheer n’obtient pas alors plus de 50 % d’appuis, une course à la direction sera déclenchée.

Avant et après le scrutin, le nom de l’ex-ministre conservateur et ancien chef du Parti progressiste-conservateur Peter MacKay a circulé comme successeur putatif. Le principal concerné a plusieurs fois nié être tenté par l’aventure.

Lobbying pour l'aérospatiale

Jean Charest se trouvait dans la capitale fédérale pour prononcer un discours au congrès de l’Association des industries aérospatiales du Canada (AIAC).

À une semaine du dévoilement de la composition du conseil des ministres, il est arrivé avec deux recommandations à l’intention de Justin Trudeau.

Il l’invite à nommer un ministre affecté au développement des compétences et de la formation et confier à celui du Commerce international un mandat axé sur l’industrie.

Interrogé sur le fait que l’aide financière accordée à Bombardier par les libéraux a passé de travers dans l’Ouest, il a répondu avec l’exemple de la compagnie Viking Air.

« C’est une entreprise importante en Alberta. C’est un enjeu consensuel, un secteur dans lequel gouvernement peut agir dans l’intérêt de toutes les provinces », a-t-il argué.

Trudeau et « l'art de gouverner »

S’il n’a pas souhaité offrir de conseils à Justin Trudeau sur la nomination d’un lieutenant politique au Québec, Jean Charest a fourni son avis sur les gouvernements minoritaires.

« Ce sera pour Justin Trudeau l’art de gouverner », a-t-il soutenu, plaidant que plusieurs choses peuvent être accomplies dans un contexte de minorité parlementaire.

« J’ai été à la tête d’un gouvernement minoritaire au Québec [entre 2007 et 2008) et sincèrement, je crois que ça a été très productif », a-t-il affirmé.

Et sur la scène fédérale, les deux gouvernements minoritaires de Lester B. Pearson ont été « parmi les plus productifs de l’histoire du pays », selon Jean Charest.