(Québec) Le Québec est en voie de devenir la province la plus restrictive en matière d’usage du cannabis. Dès le 1er janvier 2020, il faudra être âgé de 21 ans pour avoir le droit de consommer cette drogue.

Caroline Plante
La Presse canadienne

Le gouvernement Legault a utilisé sa majorité, mardi, pour faire adopter à 64 voix contre 43 le projet de loi 2 — Loi resserrant l’encadrement du cannabis. Il n’a pas obtenu l’appui des partis d’opposition.

Dès samedi, il sera interdit de consommer de la marijuana sur la voie publique. La culture du cannabis à domicile demeure également interdite au Québec, malgré la loi fédérale qui autorise la culture à la maison à des fins récréatives, jusqu’à un maximum de quatre plants.

Cependant, le gouvernement Legault donne aux municipalités le pouvoir d’autoriser ou non la consommation de cannabis dans les parcs municipaux. Toutefois, lorsqu’il se déroule un événement public de nature culturelle, sportive ou commerciale, il devra être interdit de fumer du cannabis dans le périmètre où se déroule l’événement.

La nouvelle loi entrera en vigueur samedi, à l’exception de la disposition qui fixe à 21 ans l’âge légal pour consommer du cannabis. Une période tampon de 60 jours est prévue pour donner le temps aux clients de la Société québécoise du cannabis (SQDC) de s’ajuster.

Au moment du vote mardi, le premier ministre François Legault a chaleureusement félicité le ministre responsable du dossier, Lionel Carmant.

LE SOLEIL

Lionel Carmant

Ce dernier s’est réjoui de l’approche préventive adoptée par le gouvernement. «Je crois qu’on est les plus précautionneux, et c’est ce qu’on va voir également avec le règlement sur les comestibles. Je crois que c’est notre position, on veut rester précautionneux», a-t-il affirmé en mêlée de presse.

Paternalisme, dénonce l’opposition

Les réactions n’ont pas tardé à fuser, mardi. L’Association québécoise de l’industrie du cannabis (AQIC) a déploré que le gouvernement du Québec ait choisi de «pousser les consommateurs les plus vulnérables vers le marché noir».

«Nous comprenons mal la volonté du gouvernement, a déclaré le président du conseil d’administration de l’AQIC, Michel Timperio. Les experts en santé et sécurité publiques […] ont préconisé une approche de réduction des méfaits en recommandant d’établir à 18 ans l’âge minimal de consommation.»

Selon l’AQIC, la loi québécoise va carrément à l’encontre des objectifs premiers de la légalisation, soit «la protection du public par l’offre de produits de qualité rigoureusement contrôlés et l’éradication du marché noir».

L’âge légal pour consommer du cannabis a été fixé à 18 ans par le gouvernement fédéral lors de la légalisation des produits du cannabis au pays. Il a été haussé à 19 ans dans la plupart des provinces, incluant l’Ontario.

De son côté, le porte-parole libéral en santé, André Fortin, a félicité M. Carmant, d’un ton sarcastique, «d’assurer l’avenir financier du crime organisé».

«Le ministre Carmant agit de façon irresponsable, a-t-il déclaré dans un communiqué. Alors qu’il affirme vouloir protéger les jeunes, il en laisse tomber plus de 110 000 avec son projet de loi.»

Gabriel Nadeau-Dubois, de Québec solidaire, a pour sa part accusé le gouvernement de créer deux catégories d’adultes : les adultes de plus de 21 ans, et ceux d’entre 18 et 21 ans, qui deviennent à partir d’aujourd’hui «des demi-adultes».

«La CAQ regarde les jeunes Québécois de haut dans le dossier du cannabis, se comporte comme un vieux mononcle qui pense mieux savoir qu’eux ce qui est bon pour eux», a-t-il déclaré en point de presse à l’Assemblée nationale.