(Winnipeg) Brian Pallister et ses progressistes conservateurs ont déclenché des élections hâtives et ont gagné gros.

Steve Lambert
La Presse canadienne

M. Pallister a demandé la dissolution de la législature plus d’un an avant la date prévue et le scrutin s’est conclu mardi par la réélection d’un gouvernement majoritaire conservateur.

Le parti devrait remporter plus de 30 des 57 sièges de l’Assemblée législative et compte poursuivre son plan de réduction des dépenses, de rationalisation dans le secteur de la santé et de baisses d’impôts.

Le chef conservateur a lancé à ses partisans que les électeurs avaient choisis d’avancer.

« Vers des budgets équilibrés. Vers des soins de meilleure qualité et plus rapides. Vers des nouvelles écoles pour nos enfants et petits-enfants. Vers une économie plus forte pour nous tous. Et vers une vie plus abordable pour les familles, avec des impôts moins élevés », a-t-il noté.

Les conservateurs ont toutefois échoué à égaler les 40 sièges qu’ils avaient remportés en 2016, soit la plus grande majorité depuis un siècle au Manitoba alors qu’ils mettaient fin à 17 ans de gouvernance néo-démocrate.

Brian Pallister a été déclaré vainqueur dans sa circonscription de Fort Whyte à Winnipeg.

Les néo-démocrates étaient sur la bonne voie pour ajouter une poignée de sièges aux 14 gagnés en 2016 et conserver leur titre d’opposition officielle. Ils ont également fait croître leur proportion du vote. Le chef Wab Kinew a été élu dans Fort Rouge.

« Je me sens plutôt bien ce soir », a affirmé M. Kinew à ses partisans après avoir téléphoné à Brian Pallister pour lui concéder l’élection.

M. Kinew a soutenu que les sièges supplémentaires constituaient un message.

« Les sièges que nous avons repris indiquent très clairement que les Manitobains veulent que nous, les néo-démocrates, soyons non seulement la conscience du Manitoba, pas seulement l’opposition du Manitoba, mais aussi la voix progressiste du Manitoba », a-t-il déclaré sous les applaudissements.

M. Kinew a fait campagne en promettant plus d’argent pour la santé, l’éducation, les infrastructures et les programmes sociaux, et il a accusé les conservateurs de mettre en œuvre des changements en matière de santé qui ont rendu le système plus chaotique.

Le chef libéral Dougald Lamont a gagné dans sa circonscription de Saint-Boniface, à Winnipeg, mais son parti avait du mal à conserver ses quatre sièges à la dissolution.

Quatre est le nombre minimum requis pour obtenir le statut de parti officiel, qui vient avec des fonds supplémentaires pour l’embauche d’employés, des sièges sur les comités et du temps lors de la période des questions.

Les libéraux et leur nouveau chef, Dougald Lamont, avaient de la difficulté à conserver les quatre sièges qu’ils occupaient au moment de la dissolution de la législature, ce qui constitue le nombre minimum requis pour se voir octroyer le statut de parti reconnu.

Le Parti vert du Manitoba n’a pas été en mesure une fois de plus de remporter un premier siège. Le chef du parti, James Beddome, a fait campagne et a perdu contre M. Kinew dans Fort Rouge – sa cinquième tentative d’obtenir un siège.

Tous les ministres du Cabinet Pallister en poste lors de la dissolution sauf un ont été réélus, y compris le ministre des Finances, Scott Fielding, le ministre de la Santé, Cameron Friesen et le ministre de la Justice, Cliff Cullen.