(Ottawa) Le chef du Parti conservateur Andrew Scheer est catégorique: il s’engage à voter personnellement contre toute mesure visant à rouvrir le débat sur l’avortement s’il est élu premier ministre aux élections du 21 octobre.

Joël-Denis Bellavance Joël-Denis Bellavance
La Presse

En outre, il s’attend à ce qu’un futur cabinet qu’il dirige suive son exemple en s’opposant aussi à un projet de loi privé qui aurait pour effet de relancer le débat sur cette épineuse question.

Dans une entrevue accordée à La Presse vendredi, M. Scheer a soutenu qu’il n’existe aucune ambiguïté au sujet de sa position, qui est exactement la même que celle qu’a défendue l’ancien gouvernement conservateur dirigé par Stephen Harper. Durant le règne de 10 ans de M. Harper, une poignée de députés conservateurs ont déposé des projets de loi privés pour restreindre l’accès à l’avortement, mais son gouvernement s’y est opposé d’une manière systématique. 

«J’ai été très, très clair qu’en tant que premier ministre, je vais m’opposer à chaque mesure qui viserait à rouvrir ce débat. Alors, je vais voter contre toute mesure qui aurait pour but de faire cela. Et je vais m’attendre à ce que mon cabinet suivre la position du gouvernement. C’est la position de notre parti», a affirmé M. Scheer.

Le chef conservateur a aussi réitéré qu’il ne compte pas empêcher un député de soumettre un projet de loi privé sur cette question. «Nous sommes le seul parti qui donne cette liberté à notre caucus. Mais en même temps je vais encourager mes députés de suivre la politique de notre parti aussi. J’ai confiance que notre caucus va consacrer ses efforts à travailler sur des dossiers qui unissent les Canadiens. C’est clair qu’il y a une diversité d’opinions au sein de la population. C’est normal dans notre caucus d’avoir des gens avec des perspectives différentes. Mais le caucus doit travailler en équipe. J’ai confiance que notre caucus va le faire», a dit M. Scheer.

À quelques jours du déclenchement des élections fédérales, M. Scheer s’est fait accuser par les libéraux de Justin Trudeau de souffler le chaud et le froid sur cette question afin de ne pas offusquer des groupes pro-vie qui comptent appuyer le Parti conservateur aux prochaines élections. Depuis qu’il est chef du Parti libéral et premier ministre, Justin Trudeau a formellement interdit à ses députés de déposer des projets de loi privé sur l’avortement.

M. Scheer a répliqué que les libéraux cherchaient d’abord et avant tout à faire oublier leur bilan de quatre ans au pouvoir en soulevant des doutes sur sa position sur l’avortement alors qu’il compte respecter la politique du Parti conservateur qui date de l’époque de Stephen Harper. 

«Nous allons nous concentrer sur les choses qui nous unissent et non pas celles qui créent des divisions. C’est ma position en tant que chef et ce sera ma position en tant que premier ministre. Il n’y a rien qui a changé au sein de notre parti. Notre parti a toujours reconnu la liberté de conscience, la liberté d’expression et la diversité d’opinions sur des enjeux comme ceux-là. Mais nous avons aussi dit que nous n’allons jamais rouvrir ce débat. C’était le bilan du gouvernement sous Stephen Harper et rien n’a changé depuis ».