Bien qu’une différence d’interprétation ait divisé le chef conservateur Andrew Scheer et son lieutenant québécois Alain Rayes sur la possibilité de rouvrir ou non le débat sur l’avortement au sein du Parti conservateur, la candidate Sylvie Fréchette a réitéré sa confiance envers les deux hommes, mardi après-midi.

Simon-Olivier Lorange Simon-Olivier Lorange
La Presse

«Je suis fière d’être candidate sous le leadership d’Andrew Scheer et de travailler avec notre lieutenant Alain Rayes, qui a toujours été clair avec moi: le débat sur l’avortement ne sera pas rouvert», a écrit l’ex-médaillée d’or olympique en nage synchronisée sur Twitter.

Comme l’a souligné plus tôt La Presse canadienne, M. Scheer a toujours répété qu’il n’était pas question de rouvrir le débat sur l’avortement au Canada s’il est élu premier ministre. Mais il pourrait permettre à ses députés d’arrière-ban de présenter tout projet de loi qui est important à leurs yeux – y compris contre l’avortement – et de voter selon leur propre conscience.

Or M. Rayes a déclaré dans une récente entrevue au Journal de Montréal qu’«Andrew Scheer a confirmé qu’il ne permettrait pas à l’un de ses députés de présenter un projet de loi antiavortement». M. Rayes a plutôt confirmé la position de son chef lundi soir.

Dans une déclaration, M. Rayes a écrit qu’il avait toujours été «clair» à ce sujet. Il n’a pas été possible d’obtenir une entrevue avec lui.

En entrevue avec La Presse canadienne, au moins deux candidates conservatrices, Jessica Ébacher, dans Drummond, et Isabelle Lapointe, dans La Prairie, ont affirmé au cours des derniers mois qu’elles se lançaient en politique avec la certitude que le débat sur l’avortement était clos.

Quelques instants après que Sylvie Fréchette eut publié son message sur Twitter, ses deux collègues ont elles aussi réitéré leur appui à Alain Rayes et à Andrew Scheer par l’entremise des réseaux sociaux. «Je suis pro-choix», a tranché Mme Ébacher sur Facebook. «Alain Rayes a toujours été clair avec moi», a renchéri Mme Lapointe sur Twitter. Toutes deux ont accusé le Parti libéral de raviver ce débat.

Quant à Sylvie Fréchette, elle a répété sur de multiples tribunes lundi qu’à ses yeux, ce dossier était clos depuis plusieurs années. «On peut tu parler d’autre chose?», avait-elle même dit à La Presse pour renforcer sa position.