(Québec) L’Assemblée nationale a été le théâtre jeudi d’un échange musclé entre le ministre de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette, et le représentant du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés.

Caroline Plante
La Presse canadienne

Jean-Nicolas Beuze a invité le Québec à accueillir davantage de réfugiés, qui sont parmi ceux qui s’intègrent le mieux sur le plan économique et social, selon lui.

Il témoignait devant les parlementaires, jeudi, dans le cadre de la consultation sur la planification de l’immigration au Québec pour la période 2020-2022.

Le plan du gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) est d’abaisser les seuils d’immigration cette année pour ensuite les rehausser progressivement jusqu’en 2022, et faire augmenter la proportion d’immigrants économiques au détriment des réfugiés.

M. Beuze a dénoncé le discours de la CAQ, qui fait paraître les réfugiés comme un fardeau pour la société, selon lui.

« Il faut faire attention à cette dichotomie qui tend à dire que les réfugiés sont un poids, comme vous essayez de le souligner en ce moment. Ce n’est pas forcément la réalité », a-t-il dit, avant de se faire rabrouer par le ministre Jolin-Barrette.

PC

Simon Jolin-Barrette

« Je n’ai jamais dit que les réfugiés étaient un poids, je n’ai jamais dit […] cela. Les propos que vous me prêtez ne sont pas acceptables, a répondu le ministre, visiblement irrité. Vous faites beaucoup de raccourcis. »

Plus tôt, M. Jolin-Barrette avait cherché à savoir si le haut-commissaire en personne était au courant des déclarations faites par M. Beuze. Ce dernier a indiqué qu’il avait une ligne directe avec le haut-commissaire.

Le porte-parole de Québec solidaire en immigration, Andrés Fontecilla, qui était dans la salle, a déclaré aux médias avoir ressenti un malaise lors de l’échange.

« (Le ministre) ne s’attaque pas au fond de la question, c’est-à-dire les opinions de notre invité — c’est notre invité quand même ! — mais à la forme », a-t-il affirmé.

À l’instar de M. Beuze, le député solidaire a déploré que le ministre s’attarde aux « coûts » de l’accueil des réfugiés, sans parler des « bénéfices » qu’ils peuvent procurer à l’ensemble de la société.

En mêlée de presse, M. Jolin-Barrette a répété qu’il croit que le Québec fait sa part. Au cours des dernières années, la province a dépensé des centaines de millions de dollars pour l’accueil des réfugiés, a-t-il fait valoir.

« M. Beuze en sa qualité de représentant du Haut-Commissariat pour les réfugiés au Canada fait ses propres choix, mais moi en ma qualité de représentant du peuple québécois, de la nation québécoise, j’ai le devoir de mettre les pendules à l’heure, et c’est ce que j’ai fait », a-t-il ajouté.

Le Plan d’immigration du gouvernement prévoit l’admission en 2019 de 40 000 personnes immigrantes au Québec, ce qui constitue une diminution de plus de 20 % par rapport au nombre total de personnes immigrantes admises ces dernières années dans l’ensemble du Québec et dans chacune des catégories d’immigration.

L’intention du gouvernement est d’augmenter progressivement le nombre de personnes immigrantes admises au cours de la période pour atteindre 49 500 à 52 500 personnes en 2022, et d’atteindre, en fin de période, une proportion de personnes admises dans la catégorie de l’immigration économique de l’ordre de 65 %.