(Montréal) Le Parti Rhinocéros a lancé sa campagne électorale samedi, devant la plage de Verdun à Montréal.

Stéphane Blais
La Presse canadienne

Le parti compte sur le désenchantement des citoyens pour tenter de faire élire un premier député.

Devant un kiosque, près de la plage urbaine de Verdun, « Rhino » Jacques Bélanger, candidat dans Lasalle-Émard-Verdun, distribue des hot-dogs, des poignées de main et des promesses, beaucoup de promesses.

« On vous promet deux fois plus de promesses que les autres partis », lance-t-il devant quelques passants curieux.

Rhino Jacques promet de « transformer le tunnel Louis-Hippolyte-Lafontaine en lave-auto gratuit » ou encore « une éducation plus élevée des Canadiens en construisant les écoles plus hautes ».

Le candidat affirme qu’il veut rallier les « désintéressés de la politique ».

« Il y a une montée du cynisme, des gens qui se désintéressent. On est la réponse à ça. On ridiculise les ridicules, c’est un moyen d’intéresser les désintéressés. »

Le Parti Rhinocéros dit aussi vouloir recruter le chef du Parti populaire du Canada (PPC), Maxime Bernier :

« Un clown comme ça, c’est un talent qui ne doit pas se perdre, on veut le recruter », précise Jacques Bélanger.

Au niveau de l’environnement, les Rhinocéros veulent plus de voitures vertes ; des vertes foncées, des vertes pâles et des vertes fluo. D’ailleurs, le parti souhaite que le vert fluo devienne la couleur nationale du Canada.

Une dizaine de candidats s’étaient déplacés près de la plage de Verdun pour le lancement de la campagne. Le chef du parti, Sébastien « CoRhino » — Corriveau, de son vrai nom — a annoncé « qu’entre 80 et 100 candidats se présenteront dans neuf des 10 provinces canadiennes. »

« Le Parti Rhinocéros est reparti pour vrai. Les 30 dernières années ont été difficiles, il y a eu une renaissance en 2006, mais il y avait des candidats seulement à Montréal. Mais cette année, on a des candidats dans tout le pays », a-t-il déclaré devant un lutrin pendant qu’un de ces candidats, derrière lui, allumait une pipe remplie de cannabis.

Même s’il propose des idées qui pourraient tenter plusieurs citoyens, comme une journée de congé après chaque jour férié, le Parti Rhinocéros n’a jamais réussi à faire élire un député. Mais Sébastien CoRhino compte remédier à la situation. Il se présentera contre le ministre libéral Jean-Yves Duclos dans la circonscription de Québec.

« C’est un ministre libéral qui a eu 29 % du vote. Pouvez-vous croire qu’il a gagné alors que 71 % des électeurs n’ont pas voté pour lui ? Je vous annonce que je vais battre le ministre libéral. Jean-Yves Duclos, tu es dans le clos ! » a-t-il lancé sous les applaudissements des autres candidats.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

e Parti Rhinocéros a été créé par l’écrivain Jacques Ferron en 1963.

Le Parti Rhinocéros a été créé par l’écrivain Jacques Ferron en 1963. Au fil du temps, des personnalités publiques comme Michel Rivard, Simonne Monet-Chartrand, Victor-Lévy Beaulieu, Robert Charlebois, Gaston Miron ou encore Raoul Duguay ont été candidat pour cette formation politique qui compte gagner les élections fédérales, notamment « en distribuant beaucoup de hot-dogs ».