Source ID:07474ab2ce85378da6fe21e0b9a3d7b6; App Source:StoryBuilder

François Legault: «Ça va mieux que je pensais»

Le premier ministre François Legault s'est entretenu avec... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, COLLABORATION SPÉCIALE)

Agrandir

Le premier ministre François Legault s'est entretenu avec La Presse dans ses bureaux de Québec, hier.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, COLLABORATION SPÉCIALE

(QUÉBEC) « Il est des nôôôtres ! » Ceux qui entonneront la ritournelle autour du barbecue cet été auront peut-être une pensée pour François Legault. Depuis quelques semaines, la cote de popularité du premier ministre est de toute évidence en hausse.

Bien sûr, il est associé à des projets de loi qui ont la faveur de la population, surtout celui qui interdira le port de signes religieux à quelques groupes d'employés. Ses principaux adversaires sont des chefs par intérim. Legault a l'avantage d'être en position de tête, sans rivalité immédiate. Les nouveaux gouvernements ont souvent ces périodes de lune de miel, qui s'obscurcissent à la première controverse.

Gouverner ? « Honnêtement, je trouve ça plus facile que prévu. Mais je me dis que ça ne restera pas toujours comme ça, que ça deviendra plus controversé, mais pour l'instant, ça va mieux que je pensais », laisse-t-il tomber en entrevue avec La Presse.

Déjà, il y a quelques jours, il avait soutenu que les gens l'arrêtaient dans la rue pour lui enjoindre de ne pas dévier de son objectif et de faire adopter la loi sur la laïcité. En début de semaine, petit bain de foule dans sa circonscription de L'Assomption, diffusé par Radio-Canada. À travers l'enfilade de poignées de main prévisible, une rencontre tranche. Manifestement émue, la voix brisée, une jeune femme tient à le remercier pour ses huit mois de gouvernance.

« Ce n'était même pas arrangé », blaguait-il, hier, en chemises derrière son bureau de premier ministre.

« Sincèrement, je suis surpris de voir l'émotion. Les gens m'arrêtent pour me dire merci. Quand je leur demande pourquoi, ils ne savent pas vraiment, mais ils sentent que je suis proche d'eux autres, que je les écoute. »

- François Legault

De tels messages sont fréquents, « ils ne pleurent pas tous », ajoute-t-il, sourire en coin. Sa recette ? « Je ne le sais pas. La proximité ? », risque-t-il.

Legault a fait un tabac mercredi soir lors du lancer inaugural au stade de baseball de Québec. Une prise à tout point de vue. La balle trônait dès le lendemain matin sur son bureau de premier ministre. « Beaucoup de personnes voulaient se faire photographier avec moi ! », se souvient-il, semblant lui-même un peu étonné de sa popularité nouvelle.

C'est pourtant le même politicien qui, dans les groupes de discussion des adversaires, semblait incapable d'attirer la moindre sympathie. Une voix agressante qui déraillait quand il haussait le ton. Surtout, un tribun bien ordinaire. Le chef de la Coalition avenir Québec n'avait pas beaucoup d'atouts dans son jeu. Après neuf mois au pouvoir, il semble avoir battu les probabilités.

Un récent sondage de Forum Research réalisé pour La Presse montrait que la popularité de François Legault et de son gouvernement atteignait 61 %, sommet peu fréquenté en politique québécoise.

Personne ne peut prédire si cela durera, si un jeune premier au Parti libéral (PLQ) ou au Parti québécois le fera subitement voir comme un politicien du passé. Pour l'heure, sa capacité à créer un lien, un sentiment de proximité avec les électeurs, lui assure la faveur populaire. François Legault était bien souvent maussade dans l'opposition, n'aimait pas le rôle de critique. Désormais, il apprécie chaque minute dans son fauteuil de premier ministre.

Lors d'un débat télévisé déterminant durant la campagne électorale, il avait subitement fait amende honorable, s'était excusé de s'être empêtré dans un dédale d'explications sur les lois québécoises sur l'immigration. « Je ne suis pas parfait », avait-il conclu. Son attitude tranchait passablement avec celle de ses adversaires : Philippe Couillard ne reconnaissait pas avoir fait une gaffe en fixant à 75 $ la note d'épicerie minimale pour nourrir une famille pendant une semaine. Du côté de Jean-François Lisée, la contrition n'était pas davantage au rendez-vous.

Concernant ses adversaires, il convient d'avoir fait une mauvaise blague en disant souhaiter que Manon Massé ne laisse pas de poils dans la soupe. Legault s'est encore récemment excusé d'avoir « manqué d'empathie » envers les employés de Velan, dont les emplois n'étaient pas assez payants à ses yeux. Il n'est pas à l'abri d'une embardée verbale ; le « pétrole sale » de l'Alberta a laissé des traces. Même dans l'opposition, il avait soutenu que le PLQ était un « parti pourri ».

En reconnaissant ses erreurs, Legault a marqué des points. Il a su créer cette proximité avec le public. 

Avant lui, seule Pauline Marois avait suscité autant de sympathie. Les discours n'étaient sa plus grande force, mais, lorsqu'elle discutait avec un électeur, c'était une autre histoire ; elle manifestait un intérêt flagrant à l'égard des problèmes de ses interlocuteurs. Cela n'a jamais été aussi évident qu'au moment où elle s'est rendue sur le site de la catastrophe de Lac-Mégantic. Legault s'est approché de cette empathie quand il est allé à la rencontre de sinistrés des récentes inondations.

Avant lui, Robert Bourassa avait toujours paru freiné par la timidité lorsqu'il rencontrait des électeurs. Jacques Parizeau imposait le respect, mais n'appelait pas à la sympathie. Lucien Bouchard suscitait des mouvements de foule, surtout durant la campagne référendaire de 1995 ; les électeurs voulaient toucher ce politicien mythique qui avait vaincu la mort - il avait laissé une jambe dans son combat contre la bactérie mangeuse de chair. Les gens appréciaient le politicien immensément doué en Jean Charest, mais l'admiration n'est pas la sympathie.

Politicien mythique, doté d'un charisme hors du commun, René Lévesque pouvait se mettre instantanément au niveau des ouvriers sur un piquet de grève, mais, en privé, confiait détester qu'on le surnomme « Ti-Poil ».




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer