Au moment où le projet de loi sur la laïcité de l’État suscite de nombreuses critiques, le gouvernement Legault vient d’obtenir un appui inattendu venant de… la Chine.

Agnès Gruda Agnès Gruda
La Presse

Dans son numéro du 2 avril, le Global Times, journal représentant les courants les plus durs au sein du régime chinois, affirme que le projet de loi 21 constitue « une bonne mesure législative pour assurer la séparation entre l’Église et l’État ».

Le Global Times ne fait pas que féliciter le Québec pour son initiative. Il l’associe aussi à la politique répressive menée par Pékin à l’égard de la minorité musulmane du Xinjiang, les Ouïgours.

Dans une rarissime interférence dans la politique intérieure du Canada, le Global Times note au passage que le premier ministre, Justin Trudeau, a critiqué le projet de loi 21. Mais cela ne l’empêche pas de se ranger entièrement derrière le gouvernement Legault dans sa lutte pour défendre « la stabilité sociale », qui serait menacée par « les différentes religions qui ont tenté d’influencer la politique et ont envahi la sphère publique en Occident ».

PHOTO THOMAS PETER, ARCHIVES REUTERS

Un camp de rééducation chinois

Plus d’un million d’Ouïgours sont actuellement détenus dans des camps de rééducation chinois. L’article du Global Times n’évoque pas ce fait, mais rappelle l’interdiction imposée aux employés de la fonction publique du Xinjiang, qui n’ont pas le droit d’utiliser la langue ouïgoure au travail.

« À la fin de 2018, les employés de la fonction publique au Xinjiang ont été sommés de ne parler que le mandarin – la langue commune du pays – dans les lieux publics et au travail », écrit le Global Times.

« La BBC a utilisé cela comme un exemple destiné à prouver que la Chine réprime l’islam dans la région, poursuit le journal. Mais la BBC a tort. Parce que demander à la fonction publique de parler la langue officielle au travail est un principe de base d’une société moderne, suivant la séparation de l’Église et de l’État. »

Cette politique est « semblable à la démarche menée par le Québec », ajoute le journal.

Appui douteux

Compte tenu de la façon dont la Chine traite les religions en général, et la minorité ouïgoure du Xinjiang en particulier, « ce n’est vraiment pas le genre d’appui que le gouvernement Legault peut souhaiter », note l’ancien ambassadeur du Canada en Chine Guy Saint-Jacques.

Selon lui, avec cet article, le régime chinois cherche à « récupérer » la loi québécoise pour se donner une bonne image, malgré la répression des Ouïgours, qui sont massivement envoyés dans des camps de rééducation et qui peuvent être incarcérés pour le simple crime de possession d’un coran.

L’association entre le projet de loi 21 et la politique chinoise est largement tirée par les cheveux, souligne le politologue expert de la Chine André Laliberté, de l’Université d’Ottawa. Ce qui se passe dans l’État du Xinjiang « frôle le génocide », souligne-t-il.

« Ce qui se passe en Chine va bien au-delà de la séparation de l’Église et de l’État, il s’agit d’une tentative d’éradication de la culture ouïgoure. »

— Guy Saint-Jacques, ancien ambassadeur du Canada en Chine

Le Global Times est, avec le China Daily, l’un des deux quotidiens chinois publiés en anglais. Il vise donc un public international.

Et avec l’article du 2 avril, la Chine envoie, selon André Laliberté, le message suivant : « Ce qui se fait au Québec, c’est exactement la même chose que ce que nous faisons. »

En d’autres mots, selon l’expert, l’article vise à donner l’impression que la politique québécoise cautionne la répression de Pékin contre les Ouïgours.

« Ce rapprochement est scandaleux », tranche André Laliberté, qui dit avoir été « consterné » par l’article du Global Times.

De plus, le Global Times félicite le Québec de mener une politique séparant l’Église et l’État. Mais en réalité, une telle séparation n’existe pas en Chine, où l’État contrôle les cinq religions officiellement reconnues et envoie des directives à ceux qui dirigent leurs institutions respectives.

Avec l’article du Global Times, « la Chine essaie tout simplement de défendre sa politique à l’égard des Ouïgours », résume Guy Saint-Jacques.

L’importance de l’image

Selon ce dernier, la Chine poursuit actuellement un plan censé la conduire au statut de première puissance mondiale d’ici 2049 – au 100e anniversaire de la proclamation de la République populaire de Chine.

Compte tenu de ce projet, les autorités chinoises sont très soucieuses de l’image du pays, qui est actuellement ternie par la campagne de répression contre la minorité ouïgoure. Parallèlement, la Chine considère de plus en plus le Canada comme un joueur sans intérêt, surtout depuis qu’elle a dû mettre de côté son projet de traité de libre-échange avec Ottawa. Le Canada a de plus indisposé Pékin en arrêtant la directrice financière de l’entreprise Huawei, Meng Wanzhou, en décembre dernier.

En mettant en opposition la vision de Justin Trudeau avec celle du gouvernement Legault sur la question des signes religieux, le Global Times s’est permis un « petit coup de pied » au premier ministre du Canada, note Guy Saint-Jacques.

Ottawa n’a pas voulu commenter ce geste, hier. Le ministre québécois de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, Simon Jolin-Barrette, n’a pas, lui non plus, l’intention de réagir à cet article, a fait savoir son attaché de presse Marc-André Gosselin.