(Québec) Perte importante pour Dominique Anglade, seule candidate à la direction du Parti libéral (PLQ). Sa directrice de campagne a quitté ses fonctions pour accepter un emploi dans le secteur privé.

Martin Croteau Martin Croteau
La Presse

Jolyanne Pronovost est une opératrice politique aguerrie qui a occupé de nombreux postes dans les cabinets libéraux depuis 2007. Elle a été une collaboratrice de la première heure de Dominique Anglade lorsqu’elle a accédé au conseil des ministres de Philippe Couillard, en 2016. Elle était sa chef de cabinet jusqu’à la défaite électorale du PLQ l’an dernier.

Au cours des derniers mois, elle a joué un rôle important dans l’organisation de la députée de Saint-Henri–Sainte-Anne. Elle a recruté des bénévoles et des collaborateurs, une équipe qui compte maintenant quelque 300 personnes.

Mais récemment, Mme Pronovost a informé sa patronne qu’elle quittait le monde politique. Elle a été embauchée comme directrice des affaires publiques par ComédiHa !, agence active dans les domaines de l’humour et de la musique.

Dans l’entourage de Mme Anglade, on assure qu’il n’y avait aucun désaccord entre la candidate et sa collaboratrice. Son départ était même anticipé dans une certaine mesure, car elle avait fait savoir qu’elle était à la recherche d’un emploi.

« On savait que ce départ arriverait », a résumé le responsable des communications de la campagne, Charles Robert. « Et ce n’est pas un départ lié à une quelconque divergence de vues. »

Deuxième départ

Le départ de Mme Pronovost survient quelques semaines après celui de Florent Tanlet, ancien candidat dans la circonscription de Taschereau qui a agi comme porte-parole. Il a lui aussi quitté l’organisation pour se consacrer à son emploi.

Malgré ces pertes, la candidate compte plusieurs vétérans dans son organisation de campagne. Charles Robert, qui était directeur des relations avec les médias pour Philippe Couillard, s’est récemment joint à l’équipe. L’organisateur en chef, Jean-François Helms, est un vétéran de la campagne à la direction de Raymond Bachand. Patrice Ryan, fondateur d’une agence d’affaires publiques, en fait également partie.

Course ou couronnement ?

Dominique Anglade est la seule candidate déclarée à la succession de Philippe Couillard à la tête du PLQ. Elle a jusqu’ici recueilli l’appui de neuf députés, dont les anciens ministres Carlos Leitão, Hélène David et Kathleen Weil.

Des libéraux joints au cours des derniers jours ont dit souhaiter qu’il y ait une campagne pour désigner le prochain chef afin d’éviter un couronnement.

L’ex-ministre Jean-Marc Fournier est du nombre. Il précise d’entrée de jeu qu’il considère Mme Anglade comme une « excellente » candidate. Mais selon lui, un débat d’idées serait bénéfique pour le parti.

Une course, ça donne de la visibilité, ça permet d’aller sur le terrain, de voir le monde. Alors je pense qu’une course, c’est bien.

Jean-Marc Fournier, ex-ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne dans le dernier gouvernement Couillard

André Fortin a songé à se porter candidat, mais s’est désisté au printemps. Marwah Rizqy et Gaétan Barrette sont en réflexion.

Le nom d’Alexandre Cusson, maire de Drummondville et président de l’Union des municipalités du Québec, circule également dans les rangs libéraux. Le mois dernier, il a cependant indiqué à La Presse n’avoir « aucun intérêt » pour le poste.

— Avec la collaboration de Tommy Chouinard, La Presse