(Ottawa) Le ministre de la Défense, Harjit Sajjan, s’est dit prêt à comparaître devant un comité sénatorial pour répondre aux questions concernant la poursuite intentée contre le vice-amiral Mark Norman — et plus tard suspendue.

La Presse canadienne

Le comité de la défense du Sénat a adopté mardi soir une résolution prévoyant la tenue d’une enquête, depuis que les procureurs de la Couronne ont décidé, plus tôt ce mois-ci, de suspendre l’accusation d’abus de confiance contre le vice-amiral Norman, qui était auparavant le commandant en second de l’armée.

Interrogé mercredi matin en marge d’un salon sur la défense et la sécurité à Ottawa, le ministre Sajjan a répété les affirmations de son gouvernement selon lesquelles il n’y aurait eu aucune ingérence politique dans cette affaire.

PHOTO SEAN KILPATRICK, LA PRESSE CANADIENNE

Mark Norman

M. Norman, qui était commandant de la Marine royale canadienne, avait été accusé l’an dernier d’abus de confiance. La Gendarmerie royale du Canada soutenait qu’il avait divulgué des secrets du cabinet fédéral au chantier maritime québécois Davie dans le but de sauver un contrat octroyé par le précédent gouvernement conservateur. Les procureurs ont finalement suspendu l’accusation, après avoir reçu de nouvelles informations des avocats de M. Norman.

Le ministre Sajjan n’a pas non plus voulu dire si le gouvernement avait une opinion sur le désir du vice-amiral Norman de reprendre ses fonctions à la tête de la Marine, affirmant que toute décision sur sa réintégration incombait au chef d’état-major de la défense, le général Jonathan Vance.

MM. Vance et Norman ont eu la semaine dernière ce que le ministère de la Défense a qualifié de rencontre « cordiale », bien que personne ne sache à quel moment M. Norman reviendra — ni dans quelles fonctions.