L’initiateur du Pacte pour la transition, Dominic Champagne, a adhéré à la CAQ avec l’espoir avoué d’influencer son approche sur la question climatique.

Martin Croteau Martin Croteau
La Presse

Il s’est présenté au Conseil général en arborant un macaron de la CAQ et un autre sur lequel on pouvait lire : « J’aime mon premier ministre. »

Il a participé aux discussions à la fois comme membre et comme panéliste, et convaincu les membres d’amender une résolution sur le gaz naturel.

Au terme de la journée, il a salué l’intérêt de la CAQ pour l’environnement, mais souligné que les résolutions manquent d’ambition. « Ce qu’on a aujourd’hui, c’est une série de consensus qui nous sont proposés, qui sont corrects, a-t-il dit. Mais ce n’est pas avec ça qu’on va se donner une politique à la hauteur de l’exigence qui est posée par le GIEC, par la nature. »