«L'échec référendaire, on dira tout ce que l'on voudra, ça a cassé un ressort. Je pense qu'il est encore cassé aujourd'hui. C'est parce qu'on s'est dit non en 1995 et que, quelque part, on le regrette et on n'est pas fiers de nous autres.»

Jasmin Lavoie LA PRESSE

Dans un documentaire qui sera diffusé sur les ondes de Télé-Québec, Lucien Bouchard revient sur les conséquences de l'échec référendaire de 1995 et est convaincu qu'il ne verra pas un troisième référendum de son vivant. «J'espère que je ne verrai pas ça, parce qu'on va en perdre un troisième. Plus tard, je ne le sais pas», affirme celui qui préfère se définir encore comme un nationaliste.

Questionné sur la pertinence actuelle du Bloc québécois et sur les problèmes de son nouveau chef, Mario Beaulieu, l'ancien leader du parti rétorque que «la présence politique du Bloc dilue le pouvoir du Québec au sein de la fédération». Selon M. Bouchard, «quand vous envoyez à Ottawa une députation de 30, 40, comme on le faisait autrefois, il y a de fortes chances que des poids lourds [se retrouvent] au cabinet». Par conséquent, «quand on est autour d'une table tout le monde, si vous êtes là, vous allez en arracher pour le Québec. La politique, c'est ça», justifie-t-il.

Pour lui, la campagne de 1993 devait être la première et la dernière campagne du Bloc. «C'était un one shot», explique-t-il. Il dit avoir fondé le Bloc pour préparer le référendum de 1995.

M. Bouchard révèle également dans le documentaire des dessous du référendum du 30 octobre, perdu par seulement quelques dizaines de milliers de votes. Le leader souverainiste dévoile une partie du discours qu'il avait écrit en cas de victoire. Il y souligne le travail acharné des ancêtres et dédie l'accession à l'indépendance du Québec à René Lévesque. «Ce sera l'honneur de cette génération d'avoir donné tout son sens à cette longue démarche nourrie de tant d'efforts obscurs en la faisant émerger au plein jour de la maturité politique», lit-il à voix haute.

Lucien Bouchard confie ne pas avoir rédigé de discours en cas de défaite et l'avoir improvisé.

Il ne cache pas avoir eu plusieurs différends avec Jacques Parizeau, tout en lui vouant un profond respect.

Suicide politique

La journée du vote, il soutient avoir été mis à l'écart par ce dernier, qui ne répondait plus à ses appels. L'ancien chef du Bloc québécois revient par ailleurs sur le controversé discours de défaite de Jacques Parizeau. Lorsque celui-ci a fait référence à «l'argent et au vote ethnique», c'était «l'équivalent de perdre deux fois», lance Lucien Bouchard.

L'un de ses adjoints lui a alors soufflé qu'il venait d'assister à un suicide politique en direct. «On savait que toutes les caméras du monde ont filmé ça», dit M. Bouchard.

En repensant aux causes de la défaite, l'homme a avoué, dans sa rencontre avec les journalistes, que le camp du Oui aurait dû suggérer deux référendums aux Québécois plutôt qu'un seul. Selon lui, les souverainistes auraient dû tenir un premier référendum afin de solliciter un mandat permettant de négocier avec Ottawa, puis un deuxième pour en soumettre les résultats aux Québécois.

«Ç'aurait été une grande première qui aurait donné des résultats. Et en plus, ça nous aurait fait du bien d'en gagner un référendum aussi. Une fois de temps en temps d'en gagner un, c'est pas mal», ajoute-t-il.

Celui qui devait jouer le rôle de négociateur en chef du camp du Oui pense que cette stratégie aurait été plus efficace. «Ça aurait changé toute la face du monde. Je vous assure qu'une négociation comme ça, ça aurait eu toutes les chances de réussir. On avait un bargaining power, on avait une force en arrière de nous», argumente-t-il.

Le documentaire, réalisé à partir de 22 heures d'entrevues avec l'ex-leader politique, sera diffusé lundi soir sur les ondes de Télé-Québec.