(Ottawa) Près de la moitié des Canadiens ont rendu visite à leur famille ou à des amis pendant la période des Fêtes, selon un nouveau sondage.

Stephanie Levitz
La Presse Canadienne

Le sondage mené par la firme Léger en collaboration avec l’Association d’études canadiennes précise que 48 % des répondants ont rendu visite à des personnes qui ne résident pas avec eux ; alors que 52 % des gens se sont abstenus de le faire.

Les responsables de la santé publique avaient demandé aux Canadiens de limiter fortement leurs contacts pendant les vacances pour éviter des hausses massives de cas de COVID-19.

« Habituellement, nous, les Canadiens, sommes en quelque sorte beaucoup plus disciplinés, je dirais, quand il s’agit de suivre ce que les gouvernements recommandent, mais pendant les vacances, apparemment, c’était un peu plus difficile pour les Canadiens », a déclaré le vice-président de Léger, Christian Bourque.

Parmi ceux qui ont rendu visite à des amis ou à leur famille en dehors de leur ménage, 34 % l’ont fait une fois, 12 % l’ont fait deux ou trois fois et 2 % l’ont fait souvent.

Le nombre de cas de COVID-19 augmente et le sondage suggère que 62 % des personnes interrogées ont peu ou pas de confiance dans la capacité du Canada à limiter la propagation de la COVID-19 au cours des prochaines semaines.

Ce pessimisme est notable, étant donné qu’avant les vacances, les sondages suggéraient que les Canadiens se sentaient optimistes pour 2021, a noté M. Bourque.

Mais les informations, dans les derniers jours de 2020, sur les retards dans le déploiement des vaccins et l’augmentation du nombre de cas, ainsi que la nouvelle voulant que de nombreux politiciens ont quitté le pays pendant les vacances, semblent changer l’humeur des Canadiens, a-t-il ajouté.

« Je pense que cela a amené les gens à être plus sceptiques quant à ce que nous pouvons faire à court terme », a-t-il avancé.

Tout au long de la pandémie, Léger a interrogé les Canadiens sur leur santé mentale, et M. Bourque a indiqué que la dernière série de réponses reflétait un assombrissement : dans l’enquête la plus récente, seulement 33 % des répondants ont évalué leur santé mentale comme bonne, le chiffre le plus bas à ce jour, a-t-il souligné.

« Le mois de janvier s’annonce un peu sombre », a-t-il déclaré.

Léger et l’Association d’études canadiennes ont réalisé le sondage auprès de 1506 Canadiens entre le 30 décembre 2020 et le 3 janvier 2021.

Le sondage a été mené en ligne et ne peut pas se voir attribuer une marge d’erreur, car les sondages en ligne ne sont pas considérés comme vraiment aléatoires.

Au moment où les sondeurs posaient les questions, des reportages sont sortis au sujet de politiciens, dont le ministre des Finances de l’Ontario, plusieurs députés fédéraux et des élus québécois, entre autres, ayant récemment fait des voyages à l’extérieur du pays.

Ces voyages ont eu lieu en dépit des demandes répétées des gouvernements locaux et nationaux, ainsi que des responsables de la santé publique, de ne voyager que si c’est essentiel.

Dans l’enquête, 87 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles appuieraient une interdiction totale des voyages internationaux jusqu’à ce qu’il y ait plusieurs jours consécutifs de réduction du nombre de cas de COVID-19.

M. Bourque a déclaré que ce chiffre correspond aux questions similaires posées tout au long de la pandémie, mais reflète également le désir croissant des Canadiens de voir les gouvernements prendre des mesures concrètes pour essayer de freiner la propagation de la COVID-19.

Le gouvernement fédéral a déclaré que seule une petite fraction des cas actifs au Canada pouvait être directement liée à des voyages récents, bien qu’il ait interdit les vols entrants en provenance du Royaume-Uni après qu’un nouveau variant de la COVID-19 qui serait plus contagieux y ait été détecté à la fin de l’année dernière.