(Ottawa) Le premier ministre Justin Trudeau affirme que l’une des principales priorités du prochain commandant des Forces armées canadiennes sera de lutter contre l’extrémisme et le racisme systémique dans les rangs de l’armée.

Lee Berthiaume
La Presse Canadienne

Il s’agissait des premiers commentaires du premier ministre Trudeau depuis que le général Jonathan Vance a annoncé en juillet qu’il se préparait à démissionner après plus de cinq ans en tant que chef d’état-major de la défense du Canada.

Plusieurs sources ont dit à La Presse Canadienne que d’autres hauts gradés avaient passé une entrevue pour l’emploi en septembre, mais le gouvernement libéral n’a toujours pas annoncé le nom du successeur de M. Vance.

Certains ont suggéré que le gouvernement prend peut-être son temps pour nommer un remplaçant, notamment en raison de l’implication de l’armée dans la distribution des vaccins contre la COVID-19 à travers le pays.

En entrevue de fin d’année avec La Presse Canadienne, M. Trudeau a indiqué, sans fournir de détails, qu’un nouveau chef de la défense serait bientôt nommé, et il a expliqué ce qu’il recherchait chez le prochain commandant des Forces armées canadiennes.

« Quelqu’un qui apporte évidemment des compétences opérationnelles et stratégiques importantes, mais quelqu’un qui sera très concentré sur les transformations institutionnelles nécessaires », a précisé M. Trudeau.

Cela comprend la lutte contre le racisme systémique et la création de ce que M. Trudeau a décrit comme une armée plus inclusive « où il y aurait moins de signalements préoccupants et troublants d’extrémisme qui continuent de rebondir de temps en temps ».

Plusieurs cas très médiatisés d’extrémisme dans l’armée ont surgi dans les dernières années, dont celui d’un ancien réserviste qui était un recruteur présumé pour un groupe néonazi et qui est maintenant en détention aux États-Unis en vertu d’accusations liées aux armes à feu.

L’armée enquête également sur le 4e Groupe des Rangers canadiens en raison de préoccupations selon lesquelles certains membres seraient associés à des groupes de droite.

Un membre de l’armée a été arrêté en juillet après avoir apparemment défoncé les grilles de Rideau Hall au volant d’un camion avec une arme chargée et proféré des menaces contre le premier ministre Trudeau.

Le renseignement militaire a précédemment ciblé des dizaines d’autres membres qui appartiennent à des groupes haineux ou qui ont fait des déclarations racistes ou discriminatoires. Si certains ont été forcés de quitter l’armée, d’autres ont été autorisés à rester après avoir été sanctionnés.

Refléter les valeurs et les ambitions des Canadiens

Selon M. Trudeau, de telles actions et opinions ne sont pas partagées par la grande majorité des membres des Forces armées canadiennes, « qui sont extraordinaires dans leur engagement et leur service non seulement envers leur pays, mais aussi envers leurs concitoyens canadiens ».

Cependant, a-t-il ajouté, « il y a du travail à faire pour s’améliorer et pour que cette organisation reflète et incarne mieux les valeurs et les ambitions des Canadiens pour un pays juste ».

Les commandants militaires, dont ceux responsables de l’Armée canadienne, de la Marine royale canadienne et de l’Aviation royale canadienne, ont tous décrété des ordres et des directives au cours des derniers mois visant à éliminer le racisme systémique et les comportements haineux.

L’armée a également déployé des efforts – avec des résultats mitigés – pour diversifier ses rangs en recrutant plus de femmes, de personnes issues des minorités visibles, d’Autochtones ainsi que des personnes qui s’identifient à la communauté LGBTQ.

Cet accent sur l’élimination de la haine fait suite à une initiative de l’armée pour s’attaquer à l’inconduite sexuelle, qui a été véritablement lancée par le général Vance, lorsqu’il est arrivé à son poste en juillet 2015.

Certains se demandent si M. Vance pourrait être remplacé par une femme, qui serait la première à ce poste. Le nom de la lieutenante-générale Christine Whitecross est notamment évoqué.

On retrouve aussi dans la liste des candidats potentiels le lieutenant-général Mike Rouleau, le vice-amiral Art McDonald, commandant de la Marine royale canadienne, le lieutenant-général Al Meinzinger, commandant de l’Aviation royale canadienne, et le lieutenant-général Wayne Eyre, commandant de l’Armée.