(Ottawa) La Marine royale canadienne souhaite dégenrer en anglais les grades de seaman, dans un souci de créer « un milieu de travail plus inclusif ».

La Presse canadienne

Pour désigner leurs matelots, les marines militaires des pays anglophones du monde entier utilisent le terme seaman depuis des décennies — voire des siècles, dans certains cas.

Mais la commodore Deborah Lynn Gates affirme que ces termes sont en train d’être remplacés au Canada, car la Marine, qui compte des centaines de membres, s’efforce de devenir plus diversifiée et inclusive.

Les membres de la Marine ainsi que le grand public pourront voter en ligne à compter de vendredi, et jusqu’à la fin de juillet, sur deux propositions pour remplacer seaman — très marqué masculin.

On suggère ainsi d’adopter en anglais le terme sailor, qui pourrait être décliné, selon les grades, en deux versions différentes. Par exemple, pour remplacer Ordinary Seaman (matelot de troisième classe), on propose Ordinary Sailor, ou alors Sailor 3rd Class, comme en français.

« Les désignations alternatives potentielles de grades ont été déterminées par un groupe de discussion composé de militaires du rang et ont été examinées par la Direction du genre, de la diversité et de l’intégration, à l’aide de l’analyse comparative entre les sexes », indique la Marine dans un communiqué.

Les participants à la consultation pourront aussi suggérer d’autres options. « Les résultats de ce sondage seront pris en compte pour prendre la décision finale d’apporter des changements à ces désignations de grades cet automne », précise-t-on.

Bien que le projet d’abandonner le terme seaman ait déjà déclenché une petite tempête sur l’océan des médias sociaux, Mme Gates affirme que la Marine veut montrer à ses membres et aux Canadiens qu’il s’agit d’une organisation moderne et progressiste.