(Mississauga) Les proches d’un homme âgé de 62 ans qui est décédé après une fusillade impliquant la police dans l’ouest de Toronto affirment ne pas avoir confiance envers le service de surveillance des policiers responsable de l’enquête.

La Presse canadienne

Le neveu de l’homme, Hasim Choudry, soutient que la famille voulait une enquête publique sur la fusillade survenue à Mississauga pour s’assurer qu’elle soit faite en bonne et due forme.

La police régionale de Peel a raconté que l’incident a commencé à 17 h, samedi, quand des policiers ont été appelés au domicile de l’homme qui était en état de crise en raison d’une condition médicale et puisqu’il ne prenait pas ses médicaments.

Les policiers auraient cru que l’homme avait accès à des armes et ont pénétré les lieux après avoir mis fin aux communications, ce qui aurait mené à une « interaction » au cours de laquelle les agents auraient utilisé un pistolet à impulsion électrique, des projectiles de plastique et un fusil.

Le Conseil musulman de Peel a identifié l’homme comme étant Ejaz Choudry et soutient la demande de la famille en faveur d’une enquête publique.

L’Unité des enquêtes spéciales de l’Ontario a indiqué dimanche que son enquête était toujours en cours. Un agent de police concerné et neuf agents de police témoins ont été identifiés.