(Minto) L’incendie ayant ravagé un centre de recyclage de pneus de Minto, au Nouveau-Brunswick, n’était pas encore éteint dimanche après-midi. Les pompiers se sont résolus à déverser du sable afin d’éteindre les flammes.

La Presse canadienne

Geoffrey Downey, porte-parole de l’Organisation des mesures d’urgence du Nouveau-Brunswick, a annoncé que l’incendie à l’usine de recyclage TRACC avait été déclaré sous contrôle à midi, heure locale. Il a toutefois mis en garde contre la fumée qui pourrait encore causer des problèmes de santé aux résidents de la région.

Un avis avait été diffusé samedi soir pour aviser les résidants de Minto et de Chipman dans le centre-sud du Nouveau-Brunswick de communiquer avec leur médecin ou avec Télé-Soins 811 s’ils avaient de la difficulté à respirer ou qui éprouvaient des malaises pulmonaires.

« Les résidants devraient prendre des précautions lorsque la qualité de l’air est affectée par la fumée dense”, a déclaré la médecin-hygiéniste régionale pour la région, la Dre Kimberley Barker. Les bébés, les enfants, les femmes enceintes, les adultes plus âgés, les fumeurs et les personnes souffrant d’une maladie cardiaque ou respiratoire chronique devraient rester à l’intérieur pour réduire leur exposition à l’air extérieur. »

« Il y a des plans d’évacuation si nécessaire, mais pour le moment, l’abri sur place reste la meilleure solution », a déclaré M. Downey en entrevue téléphonique avec La Presse canadienne.

L’incendie était si intense qu’il a fallu faire appel à des pompiers de 21 départements différents pour le combattre.

M. Downey a raconté que les pompiers avaient autorisé samedi à laisser brûler les pneus, mais ils ont modifié leur stratégie dimanche et ils ont choisi d’utiliser du sable.

« Ils espèrent que le sable va éteindre les flammes plus vite. Le sable réduira aussi la quantité d’eau utilisée pour éteindre et minimisera les impacts environnementaux », a-t-il expliqué.

Il est toutefois trop tôt pour déterminer les conséquences exactes de l’incendie, qui brûle depuis très tôt samedi. Le ministère provincial de l’Environnement a envoyé une équipe sur place, mais aucun test n’a pu être effectué pendant que le brasier faisait toujours rage.

Le chef de l’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick et député de Fredericton Grand Lake, Kris Austin, qui habite près des installations, a dit que le sinistre était une catastrophe pour la région.

TRACC est l’un des plus grands employeurs de Minto.

« Je suis également préoccupé par les risques environnementaux et sanitaires pour les habitants de Minto », a-t-il déclaré dans un communiqué.

M. Downey a déclaré qu’on ignorait pour le moment la cause de l’incendie, mais qu’une enquête serait conduite.

Aucun blessé n’a été signalé.