(Edmonton) Les taux de syphilis en Alberta, qui n’ont jamais été aussi hauts depuis 1948, incitent la médecin hygiéniste en chef de la province à déclarer une éclosion de la maladie.

Daniela Germano
La Presse canadienne

Un total de 1536 cas de syphilis infectieuse ont été signalés en 2018, contre 161 en 2014 — ce qui près de dix fois plus, a déclaré la docteure Deena Hinshaw.

Et la situation s’empire, prévient-elle. De 2017 à 2018, le nombre de cas a explosé de 187 % et les chiffres devraient s’avérer encore plus élevés en 2019.

La province a observé une hausse similaire des taux de syphilis congénitale, lorsque l’infection se transmet d’une mère à son enfant à naître. La syphilis congénitale était plutôt rare avant cette éclosion, mais dans les deux dernières années, 21 cas ont été ont été rapportés.

Un comité provincial de coordination a été mis en place, a indiqué la docteure Hinshaw. Au cours des trois prochains mois, il travaillera à déterminer comment augmenter le nombre de tests de dépistage des infections transmissibles sexuellement (ITS) et réduire le nombre total de cas de syphilis.

Mme Hinshaw n’a pu comparer les données de l’Alberta avec celles des autres provinces, qui n’ont pas publié de chiffres récents sur les cas de syphilis.

« C’est une tendance que nous constatons partout au Canada et dans le monde, donc les cas de syphilis sont en forte augmentation dans de nombreux territoires, et pas seulement ici », a-t-elle soutenu.

Selon les services de santé de l’Alberta, le meilleur moyen de se protéger contre les infections transmissibles sexuellement comme la syphilis est de porter le condom.

Les personnes sexuellement actives devraient également subir des tests tous les trois à six mois si elles ont un partenaire sexuel avec une ITS connue, un nouveau partenaire sexuel ou des partenaires sexuels multiples ou anonymes, si elles ont déjà eu un diagnostic d’ITS ou si ont été agressées sexuellement.

Comme plusieurs ITS, les symptômes de la syphilis peuvent ne pas être évidents. Si elle n’est pas traitée, la maladie peut infecter le cerveau, le cœur et les yeux, signale la docteure Deena Hinshaw.