Source ID:9e63849225683f9bb52b9c03422bd851; App Source:StoryBuilder

Garde côtière: Ottawa achèterait deux autres navires à Irving

L'usine d'Irving Shipbuilding, à Halifax.... (PHOTO ANDREW VAUGHAN, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

L'usine d'Irving Shipbuilding, à Halifax.

PHOTO ANDREW VAUGHAN, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

LEE BERTHIAUME
La Presse Canadienne
Ottawa

Le premier ministre Justin Trudeau devrait annoncer mercredi que le gouvernement fédéral achètera deux autres navires de patrouille extracôtiers et de l'Arctique, en plus des six qu'il a déjà commandés à Irving Shipbuilding, de Halifax.

Cependant, contrairement aux six premiers navires, construits pour la marine pour un coût total de 3,5 milliards de dollars, une source gouvernementale a déclaré que les septième et huitième seront construits pour la Garde côtière canadienne.

La source, qui n'était pas autorisée à commenter publiquement, a déclaré que cette mesure visait à répondre au besoin désespéré de la Garde côtière canadienne d'avoir de nouveaux navires.

Des documents obtenus par La Presse canadienne plus tôt cette année mentionnaient que plus du tiers des 26 grands navires de la Garde côtière ont dépassé leur durée de vie prévue - et beaucoup ne seront plus fonctionnels à l'arrivée des navires-remplaçants.

L'âge avancé de certains navires a déjà des impacts sur le travail de la Garde côtière.

Parmi ces impacts : la réduction de la couverture de recherche et sauvetage, des interruptions du service de traversier, des annulations de réapprovisionnement pour les communautés arctiques et côtières.

La menace de licenciements pose aussi problème. Selon Irving, les licenciements seront évités seulement si le gouvernement réussi à combler le vide entre la fin de la période de construction du dernier navire de patrouille et le début de la construction de la nouvelle flotte de navires de guerre de 60 milliards de dollars, a précisé la source.

Le gouvernement a tenté de combler ce vide en novembre lorsqu'il a commandé à Irving le sixième navire de patrouille pour la marine et a accepté de payer le chantier naval pour ralentir la production, ce qui a coûté au total plus de 800 millions de dollars.

À l'époque, des représentants du gouvernement avaient défendu le coût élevé de cette mesure, affirmant qu'une évaluation effectuée par une tierce partie, qui n'a jamais été rendue publique, indiquait qu'il serait encore plus coûteux de laisser un vide persister.

« En fin de compte, ce qui se passe, c'est que la main-d'oeuvre est licenciée, vous réengagez des personnes, ce ne sont pas les mêmes personnes, donc vous offrez des formations, puis vous avez cette courbe d'apprentissage », a déclaré Patrick Finn, responsable des achats du département de la Défense, en janvier dernier.

« Si nous ne le faisons pas, nous allons probablement payer autant d'argent de toute façon en raison du manque d'efficacité et nous n'allons rien obtenir en retour. Nos analyses montrent que c'est vraiment un moyen prudent d'aller de l'avant. »

Même à ce moment-là, des responsables fédéraux et Irving avaient indiqué qu'il fallait en faire plus, car même avec ces mesures, il subsistait la possibilité d'un écart de 18 à 24 mois entre la construction des deux flottes.




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer