(Ottawa) Les récentes difficultés de la Garde côtière canadienne à approvisionner les communautés nordiques et à venir en aide aux traversiers pris dans les glaces pourraient perdurer, malgré le plan d’investissement de 15,7 milliards du gouvernement fédéral pour de nouveaux navires.

La Presse canadienne

Aucun des 18 bateaux qu’Ottawa entend acheter n’est un brise-glace. Ainsi, la Garde côtière devra continuer à se fier uniquement à sa flotte existante, du moins pour encore quelque temps.

La majorité des brise-glaces de la Garde côtière canadienne ont déjà atteint leur durée de vie ou sont sur le point d’y arriver, causant des pannes fréquentes et d’autres problèmes.

La ministre fédérale des Services publics et de l’Approvisionnement, Carla Qualtrough, a reconnu cette semaine que la Garde côtière avait besoin de nouveaux brise-glaces, sans toutefois préciser quand le gouvernement Trudeau annoncerait des acquisitions.

PHOTO ADRIAN WYLD, LA PRESSE CANADIENNE

Carla Qualtrough

Mme Qualtrough a indiqué que toute annonce concernant des navires supplémentaires pourrait intervenir après l’ajout d’un troisième chantier naval à ceux déjà partenaires du gouvernement dans son plan de construction de navires d’une valeur de plusieurs milliards de dollars.

La recherche de ce troisième chantier devrait commencer dans les semaines à venir. De nombreux observateurs s’attendent à ce que le Chantier Davie, à Lévis, soit choisi, mais un haut responsable du gouvernement a déclaré qu’une décision est peu probable avant les élections d’octobre.