Les incendies de forêt qui sévissent dans le nord de l’Alberta ont contraint environ 10 000 personnes à quitter leur foyer, a indiqué le gouvernement de la province.

Colette Derworiz
La Presse canadienne

Ces données ont été publiées jeudi après-midi au milieu d’une journée chaude et venteuse qui ont permis à de nombreux incendies de s’étendre de façon importante, au point d’être devenus hors de contrôle.

Environ 5000 personnes ont dû abandonner leur domicile à High Level et dans ses environs depuis plus d’une semaine. Des petites localités comme Wabasca, Chipewyan Lake et la nation crie de Bigstone, sont le coup d’un ordre d’évacuation depuis mercredi.

Les habitants de Slave Lake, une municipalité déjà partiellement ravagée par un incendie en 2011, doivent être prêts à partir dans un délai de huit heures à cause d’un feu qui brûle à environ 30 km de là, a dit le maire.

La fumée de ces incendies s’est déplacée vers le sud, recouvrant notamment Edmonton d’un épais brouillard âcre qui limite la visibilité et nuit à la respiration.

Environnement Canada a publié un bulletin sur la qualité de l’air pour la région de la capitale albertaine. L’alerte a été étendue à la majeure partie de la province.

« Une toux inhabituelle, l’irritation de la gorge, des maux de tête et l’essoufflement comptent parmi les symptômes possibles. Les enfants, les aînés et les personnes atteintes d’une maladie cardiovasculaire ou pulmonaire, comme l’asthme, sont plus à risque », peut-on lire dans l’avertissement.

Selon le gouvernement, la lutte contre les incendies s’annonce difficile à cause des prévisions météorologiques pour les deux prochaines semaines. Des pompiers sont venus de tout le Canada pour aider leurs collègues albertains.

Dans la province, il y a eu 28 incendies actifs ; neuf sont considérés comme étant hors de contrôle.

L’incendie le plus important était celui de Chukegg Creek, près de High Level, qui s’étendait jeudi sur une superficie de 2300 kilomètres carrés.

Selon un agent d’information provincial, le feu s’est crû de 800 kilomètres carrés en 24 heures.

« Sa vitesse moyenne serait alors d’environ 23 mètres par minute, a-t-il dit. Nous avons eu des vents très forts du nord qui se sont combinés à des carburants très secs. »