Source ID:; App Source:

Pas assez de cannabis québécois malgré les investissements

En se basant sur un rapport du Bureau... (Photo fournie par Hydropothicaire)

Agrandir

En se basant sur un rapport du Bureau du directeur parlementaire du budget du gouvernement fédéral, la consommation anticipée du cannabis au Québec devrait atteindre 144 000 kg en 2018.

Photo fournie par Hydropothicaire

Malgré un agrandissement d'un million de pieds carrés qui fera passer l'entreprise québécoise Hydropothicaire au deuxième rang des producteurs de cannabis légal au pays, le Québec sera loin d'être autosuffisant une fois la légalisation complétée. En effet, 28 000 kilogrammes de pot devront être achetés des autres provinces chaque année pour répondre à la demande anticipée.

Grâce à des investissements de 80 millions annoncés hier par Hydropothicaire, la capacité de production de l'entreprise devrait grimper à 108 000 kilogrammes par année d'ici décembre 2018. S'ajouteront à cela 4000 kilogrammes qui seront produits à l'usine montréalaise du producteur Aurora, située boulevard Hymus, qui vient tout juste d'être accrédité par Santé Canada. Un troisième joueur, Vert Cannabis, de Saint-Lucien, racheté par le numéro 1 canadien Canopy Growth, devrait ajouter un autre 4000 kg de capacité d'ici peu, portant la capacité totale de production au Québec à 116 000 kg par année.

Or, en se basant sur un rapport du Bureau du directeur parlementaire du budget du gouvernement fédéral, la consommation anticipée au Québec devrait atteindre 144 000 kg en 2018, ce qui laisse entrevoir un manque de 28 000 kg pendant la première année de la légalisation.

Depuis le dépôt du projet de loi créant la Société québécoise du cannabis, le Parti québécois et le Bloc québécois font pression sur le gouvernement Couillard pour que la future société d'État s'approvisionne exclusivement au Québec. Mais pour l'heure, le Québec, avec deux seuls producteurs autorisés de cannabis, demeure la province qui en compte le moins, loin derrière l'Ontario, où Ottawa a donné son feu vert à 45 entreprises. La ministre déléguée à la Santé, Lucie Charlebois, a promis en chambre de « défendre nos producteurs québécois auprès du gouvernement fédéral » en exigeant que le nombre de licences octroyées au Québec augmente rapidement.

« C'est sûr qu'il va en manquer beaucoup », estime le PDG d'Hydropothicaire, Sébastien St-Louis, en commentant les capacités actuelles de production des entreprises québécoises. « Nous souhaitons que le Québec soit notre marché prioritaire. Nous sommes actuellement en discussion avec la SAQ pour négocier d'éventuels contrats d'approvisionnement, mais il s'agit pour l'instant de discussions très larges », explique-t-il.

Son entreprise souhaiterait qu'Ottawa octroie rapidement des licences à des « microproducteurs », à qui Hydropothicaire offrirait des services de génétique et de mise en marché. Canopy Growth, le leader du marché au pays, a développé une stratégie semblable, par laquelle il cherche à devenir le distributeur de producteurs de plus petite taille.

Une cinquantaine d'entreprises québécoises sont présentement en attente d'un examen de sécurité nécessaire avant l'octroi d'une licence de production médicale par Ottawa, qui en principe devrait leur permettre de produire pour le marché récréatif.




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer