Cinq mois après les incendies qui ont ravagé la ville de Fort McMurray en Alberta, la colère monte chez des milliers de résidants qui ne peuvent toujours pas faire reconstruire leur maison, selon ce que rapporte l'agence Reuters ce matin.

Publié le 18 oct. 2016
LA PRESSE

Les feux de forêt ont détruit en mai dernier plus de 1900 bâtiments, ce qui a forcé l'évacuation d'environ 90 000 personnes et gravement ralenti la production de pétrole brut, le moteur économique de la région.

Plus de 80 000 habitants ont depuis regagné la région, mais la pression monte chez ceux dont les maisons ont été complètement brûlées.

Ils sont en effet confrontés à des compagnies d'assurances qui sont lentes à les indemniser ou à des fonctionnaires municipaux qui tardent à délivrer des permis de bâtir.

De plus, l'arrivée du rigoureux hiver albertain fera grimper les coûts de construction et ralentira aussi la progression des travaux.

« Les gens sont en colère, les entreprises sont en colère, des poursuites ont été entamées. Personne ne fait confiance à ce que raconte la ville », a précisé à Reuters Kevin Lewis, un entrepreneur en démolition de la région.

Alors que la plupart des activités pétrolières ont repris leur cours normal, les efforts de reconstruction des maisons sont beaucoup plus lents. Seulement 184 permis de bâtir ont été délivrés et 30 maisons sont actuellement en chantier.

La suite de l'article sur le site de Reuters Canada