Le ministre de la Défense nationale indique que l'examen de la politique de défense du Canada, qui vient de s'amorcer, se penchera aussi sur l'équipement et la technologie, notamment l'achat éventuel de drones pour les militaires.

LA PRESSE CANADIENNE

Rencontré vendredi matin à Toronto juste avant la deuxième d'une série nationale de tables rondes avec des intervenants, Harjit S. Sajjan a précisé que ce processus d'examen de la politique de défense, annoncé le mois dernier, permettra aussi de mieux définir les priorités en matière d'approvisionnement militaire.

Cet examen de la politique de défense du Canada doit permettre aux Canadiens et aux entreprises de discuter du rôle que les militaires devraient jouer dans le monde, de la taille de l'armée et du type d'équipement dont elle devrait disposer.

La première table ronde avait eu lieu à la fin d'avril à Vancouver. Le gouvernement libéral espère terminer au début de 2017 cet examen de la politique de défense, le premier depuis des décennies au Canada.

Le ministre Sajjan s'est dit «encouragé», vendredi, par la participation des Canadiens jusqu'ici, notamment sur le site internet du ministère.

Ces consultations constituent «une excellente occasion de nous assurer d'une bonne discussion et d'un bon cadre stratégique qui s'arrimera adéquatement à nos priorités en matière d'affaires étrangères», a-t-il souhaité.

«Nous devons évoluer, nous devons regarder ce que la technologie a à nous offrir», a estimé M. Sajjan, lui-même un lieutenant-colonel à la retraite des Forces armées canadiennes.

«Nous devons songer à moderniser nos systèmes radars. Nous devrons aussi peut-être examiner l'usage que nous faisons des véhicules aériens sans pilote (...) pas seulement pour le combat mais aussi peut-être pour des missions de maintien de la paix, des missions humanitaires, des interventions (civiles) ici même au pays.»