L'un des joueurs-clés du scandale des commandites pourrait devenir un témoin de la Couronne, a appris le Globe and Mail, samedi.

Publié le 23 juill. 2011
LA PRESSE CANADIENNE

Luc Lemay, ancien président du Groupe Polygone, accepterait de témoigner contre Jacques Corriveau, un organisateur libéral et publicitaire impliqué dans le scandale des commandites par la commission Gomery.

Presque 10 ans après le début de la controverse, M. Corriveau n'a pas toujours pas fait face à des sanctions pénales pour son implication dans le système des commandites.

La preuve déposée devant le juge à la retraite montrait pourtant que M. Corriveau aurait fait des paiements secrets de plusieurs dizaines de milliers de dollars à des dirigeants du Parti libéral avant les élections de 1997.

Le commissaire John Gomery avait aussi affirmé dans son rapport que Jacques Corriveau était «l'acteur central de ce système élaboré de pot-de-vin».

Mais sa relative tranquillité pourrait bientôt être perturbée.

Selon le quotidien, Luc Lemay accepterait de témoigner contre M. Corriveau en échange de l'immunité judiciaire, une protection qu'il serait sur le point d'obtenir après des mois de négociations.

L'entente prévoit toutefois que M. Lemay s'engagerait à verser entre 8 et 10 millions $ à Ottawa pour régler une poursuite civile. Le gouvernement fédéral tente depuis 2005 de recouvrer les fonds perdus dans le scandale.

Les sources du Globe and Mail affirment aussi que Luc Lemay collabore déjà avec les policiers.