Alors que la crise nucléaire se poursuit au Japon, il faut pardonner aux Canadiens, particulièrement ceux vivant près des centrales nucléaires du pays, de s'interroger sur la possibilité que de tels événements puissent se reproduire chez eux.

Publié le 19 mars 2011
LA PRESSE CANADIENNE

Certains dangers potentiels, tel un tremblement de terre, sont des menaces crédibles envers la série de réacteurs nucléaires existant en Ontario qui sont bâtis en bordure des Grands lacs. Les experts affirment que ces complexes sont équipés pour résister à toute secousse pouvant survenir dans la région.

Qu'en est-il d'un tsunami? Après tout, ces réacteurs sont installés près d'énormes étendues d'eau.

Il n'y a pas lieu de s'inquiéter, disent les séismologues. Selon Allison Bent, experte en tremblements de terre chez Ressources naturelles Canada, il est nécessaire d'avoir des étendues d'eau larges de centaines, voire de milliers de kilomètres pour obtenir un tsunami.

Les réacteurs, déjà bien protégés en fonction de leur conception et de leurs procédures de sécurité, sont en effet situés dans une partie du pays où le risque est quasi-inexistant qu'un séisme soit suffisamment important pour déclencher un raz-de-marée.

Le risque de tremblement de terre est modéré dans l'est de l'Ontario, mais est négligeable dans le sud, où les centrales électriques de Darlington et de Pickering sont installées tout juste à l'est de Toronto, à proximité du lac Ontario. Les installations de Bruce Power sont un peu plus à l'ouest, près du lac Huron, à 200 kilomètres au nord de Sarnia, toujours dans la zone sécuritaire.

Mme Bent a indiqué que le corridor Ottawa-Montréal était davantage à risque, comparativement à la zone où sont situés les réacteurs en Ontario. Les risques sismiques seraient toutefois plus élevés dans la région de Vancouver.

La stabilité de l'Ontario est liée au fait que la province se trouve loin des frontières des plaques tectoniques, en plus d'être située sur le Bouclier canadien, a expliqué Mme Bent. Certains séismes sont ressentis, mais ils sont habituellement trop faibles pour causer de véritables dommages.

L'un des plus importants tremblements de terre de l'histoire de l'Ontario est survenu aux limites du Québec en 1935. Sa magnitude avait atteint 6 sur l'échelle de Richter, bien en-deçà du séisme de magnitude 9 enregistré au Japon.