Les changements que compte apporter le gouvernement Harper au formulaire de recensement compliqueront la tâche des personnes ayant subi de sérieuses blessures et à la recherche d'une indemnité équitable.

LA PRESSE CANADIENNE

C'est ce que soutiennent les membres de l'Association du Barreau canadien qui, dans une lettre adressée au ministre de l'Industrie, Tony Clement, ont demandé le maintien du formulaire long et obligatoire.

Selon l'Association, les avocats et les juges utilisent l'information qui y est inscrite pour déterminer le montant que les victimes de blessures peuvent réclamer en cour.

L'Association ajoute que la disparition du formulaire long et obligatoire causera beaucoup de tort aux femmes, aux enfants, aux personnes atteintes d'un handicap et celles ayant détenu des emplois de façon sporadique.

Selon le président de l'Association, Kevin Carroll, de telles conséquences s'expliquent par le fait que les données que produit Statistique Canada à partir des formulaires sont perçues comme étant neutres, équilibrées et crédibles - mais ne seront plus aussi fiables.

L'Association a aussi fait remarquer que les données statistiques aident le gouvernement à prendre de bonnes décisions en lien avec la justice et la primauté du droit.

Selon l'Association, les inquiétudes relatives au respect de la vie privée sont exagérées et peuvent être réglées autrement que par l'abolition du formulaire long et obligatoire.