Le voleur de données de Desjardins se faisait payer en cartes-cadeaux de chez St-Hubert. Au moins, ça reste au Québec.

STÉPHANE LAPORTE
STÉPHANE LAPORTE LA PRESSE