Et si la question de l'urne, c'était : qu'est-ce que ça changera ?

Stéphane Laporte, Collaboration spéciale LA PRESSE