Chez Bombardier, les patrons sont en première classe et les Québécois en économie.

Stéphane Laporte, Collaboration spéciale LA PRESSE