C'est pas le mot pasta qu'il faut bannir, mais le mot mafia.

Stéphane Laporte, collaboration spéciale LA PRESSE