Le jury qui délibère depuis deux jours au procès de Michel Cadotte, accusé du meurtre de son épouse souffrant d'Alzheimer, a demandé en toute fin de journée de réécouter le témoignage de l'accusé.

ISABELLE DUCAS LA PRESSE

Les huit hommes et quatre femmes avaient précédemment demandé de prolonger leurs délibérations au-delà de 17 h, l'heure habituelle de la fin de leurs travaux. Les avocats de Michel Cadotte y ont vu un bon signe. « C'est le moment déterminant, l'état d'esprit de M. Cadotte.

On a toujours maintenu que c'est ce qui fera la différence dans le dossier. Nous sommes contents qu'ils s'attardent à ces questions », a commenté Me Nicolas Welt. Le témoignage de l'accusé avait duré deux jours et demi, mais les jurés ne sont pas tenus de le réécouter au complet.

Le Montréalais de 57 ans est accusé de meurtre non prémédité. Il a admis avoir étouffé sa femme, Jocelyne Lizotte, il y a deux ans, dans sa chambre de CHSLD « pour qu'elle cesse de souffrir ». Ses avocats ont plaidé pour qu'il soit reconnu coupable d'une accusation réduite d'homicide involontaire, en faisant valoir qu'il était dépressif, et qu'il ne pouvait pas formuler l'intention de tuer sa femme puisque son jugement était altéré.