L'instigateur d'un complot visant à importer 1300 kg de cocaïne pour le compte de la mafia vient d'essuyer une fin de non-recevoir des commissaires aux libérations conditionnelles. Franco Pellegrino a été accusé de gangstérisme et de complot pour importation de cocaïne à la suite de l'enquête antimafia Colisée et a été condamné à six ans et huit mois de prison.

Mis à jour le 19 févr. 2013
Daniel Renaud LA PRESSE

Pellegrino, résidant de Vaughan, en Ontario, vivait à Montréal au moment des faits, mais a demandé de purger sa peine dans un pénitencier ontarien.

Pour la première fois depuis sa condamnation, il a défilé lundi devant les commissaires aux libérations conditionnelles. Il a demandé d'aller en maison de transition, mais a été débouté par les commissaires, qui lui reprochent notamment de minimiser son implication et d'avoir maintenu des relations avec des détenus influents depuis le début de son incarcération.

Les commissaires considèrent d'ailleurs Pellegrino comme un détenu influent, qui s'est fait le porte-parole de plusieurs individus lorsqu'il a été interrogé sur un événement au cours duquel un prisonnier avait été battu.

«La commission est préoccupée par le fait que votre famille a habité chez un criminel de haut rang», écrivent également les commissaires. Ils croient que la libération de Pellegrino pourrait constituer un risque que la société ne peut assumer.

Un roman policier

Le volet de l'enquête Colisée sur cette affaire d'importation de 1300 kg de cocaïne est digne d'un roman policier. Pellegrino et ses complices avaient réussi à importer 300 des 1300 kg de drogue, qu'ils avaient placés dans des barils de mazout doublés avec du plomb. Cela leur avait permis de déjouer les appareils de détection des douaniers des ports de Newark, au New Jersey, et de Montréal.

Les barils doublés et marqués avaient ensuite été transportés dans un entrepôt de Boucherville, où les enquêteurs de Colisée les avaient découverts puis remplacés par des barils vides. Les policiers avaient ensuite intercepté de nombreuses conversations dans lesquelles les trafiquants s'accusaient mutuellement de la disparition de la drogue.

Certains d'entre eux étaient des amateurs de baseball et jouaient dans une ligue. Les enquêteurs ont convaincu un de leurs coéquipiers - un joueur qui n'avait pu se tailler une place dans une équipe professionnelle - de devenir agent d'infiltration.

Fait à noter, l'entrepôt de Boucherville dans laquelle la drogue a été saisie était contrôlé par Richard Griffin, membre du gang de l'Ouest assassiné en juillet 2006.

Ce dernier aurait été impliqué dans cette importation et aurait vraisemblablement été accusé s'il n'avait pas été tué, ont confié des sources à La Presse.

Les autres condamnés dans cette affaire sont Angelo Follano, Pietro D'Adamo, Domingo Lecompte et Carlos Narvaez. Ils ont été condamnés respectivement à des peines de prison de huit ans, six ans et demi, quatre ans et trois ans.