Comme c'est le cas dans beaucoup de clubs de golf, les règles sont claires au Golf des Îles, à Boucherville : les joueurs doivent respecter les lieux et agir de façon raisonnable dans un contexte public. Ces règles n'ont pas été suivies dans l'après-midi du 16 juillet dernier quand deux femmes entièrement nues tenant en main des pénis en plastique ont donné un spectacle de nature sexuelle sur le tertre de départ du trou numéro 1 du terrain, qui est situé à l'intérieur des limites d'un parc national appartenant au gouvernement du Québec.

Mis à jour le 4 sept. 2018
Nicolas Bérubé LA PRESSE

La scène était observée par 10 à 12 hommes qui prenaient part au tournoi annuel du bar de danseuses nues Solid Gold, à Montréal, qui avait loué l'ensemble du terrain ce jour-là. La prise de photos sur le terrain était interdite.

« Il y avait un attroupement de golfeurs sur le tertre de départ, dit une source qui était sur place et qui a requis l'anonymat. Les golfeurs - qui étaient tous des hommes - ne bougeaient pas et regardaient quelque chose par terre. Au bout d'un certain temps, le groupe s'est mis à rire, et deux femmes se sont relevées. Les femmes étaient nues, chacune avait un pénis en plastique dans les mains. Elles riaient, et le groupe d'hommes riait aussi. »

La Presse a obtenu une image prise cet après-midi-là. On y voit six hommes en tenue de golf assis ou debout et trois voiturettes de golf. Au centre du groupe se trouve une femme aux cheveux bruns qui semble être nue, son épaule et sa cuisse étant visibles.

Situé dans le parc national des Îles-de-Boucherville, géré par la Société des établissements de plein air du Québec (SEPAQ), le terrain où se trouve le Golf des Îles est loué par le Groupe Beaudet, une entreprise privée qui se décrit comme « le plus grand regroupement de terrains de golf au Québec » et qui exploite cinq clubs de golf dans la grande région de Montréal.

Sylvain Beaudet, président-directeur général de Groupe Beaudet, explique que c'est la première fois que le Solid Gold tenait son tournoi dans l'un de ses clubs.

« Le groupe a été dirigé vers nous par une entreprise évènementielle avec laquelle nous travaillons régulièrement. Les clients de cette entreprise, qui sont principalement dans le domaine de la restauration (de grandes enseignes bien connues), ont toujours fait preuve de bonne tenue et de respect vis-à-vis de nos installations et de notre personnel », explique-t-il.

DES EXPULSIONS, MAIS PAS DE PLAINTE

Deux clients ont dû être expulsés du terrain de golf durant le tournoi du Solid Gold, dit M. Beaudet. « Avec l'assentiment de l'organisateur, nous avons dû procéder à l'expulsion de clients pour des comportements disgracieux et même agressifs. Nous avons fait remorquer, à nos frais, le véhicule de l'un d'eux, qui n'était pas en état de conduire. »

« N'ayant pas été présent ce jour-là, je ne ferai aucun commentaire. Ce n'est évidemment pas une tenue appropriée lors d'un tournoi de golf. »

-  Sylvain Beaudet, PDG de Groupe Beaudet, lorsque interrogé par La Presse sur le spectacle de nature sexuelle

Les golfeurs doivent se comporter de façon convenable, dit M. Beaudet. « Maintenant, un club de golf, c'est un espace de 7 millions de pieds carrés... C'est difficile de contrôler tout ce qui se passe. »

Contrairement à d'autres clubs, le Golf des Îles n'impose aucune tenue vestimentaire, dit-il. « La seule chose qu'on va imposer à nos clients, c'est le respect d'autrui et le respect du terrain. »

Le Golf des Îles est un terrain isolé : pour s'y rendre, il faut entrer dans le parc des Îles-de-Boucherville et accéder au terrain de golf par un traversier, qui fait l'aller-retour pour transporter les golfeurs et le personnel.

Mélanie Pageau, porte-parole de la SEPAQ, note qu'aucune plainte n'a été reçue par le parc national des Îles-de-Boucherville ou par la SEPAQ concernant cet évènement.

« Même s'il est situé à l'intérieur des limites du parc national des Îles-de-Boucherville, le territoire du Golf des Îles est cédé par bail ou par contrat d'autorisation par le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec (MFFP), note-t-elle. La SEPAQ n'est pas impliquée dans les opérations du Golf des Îles. »

LE PROPRIÉTAIRE DU SOLID GOLD MINIMISE

Joint par La Presse, Réjean Pothel, propriétaire du Solid Gold, sur le boulevard Saint-Laurent, dit que rien de déplacé n'a eu lieu au tournoi, auquel il a participé, et qui a réuni environ 120 personnes.

« Il y a des filles, il y a des bars, il y a de la bouffe... Mais il n'y a pas de choses sexuelles qui se passent là [...]. La plupart du temps, les filles sont habillées. »

-  Réjean Pothel, propriétaire du Solid Gold

Cela fait 24 ans que le Solid Gold organise un tournoi de golf. Le tournoi a souvent eu lieu à Lacolle et dans les Laurentides. Cette année, M. Pothel a choisi le Golf des Îles, en raison de sa proximité avec Montréal.

M. Pothel fait le parallèle avec un enterrement de vie de garçon.

« Ça, c'est la même chose [...]. La plupart du temps, dans un enterrement de vie de garçon, il y a des prostituées et toutes sortes de choses... Mais ça, personne n'en parle. C'est drôle, non ? C'est deux poids, deux mesures. »

AUCUN BRIS D'ÉQUIPEMENT

Sylvain Beaudet note qu'il n'y a eu aucun bris d'équipement ou autre dommage aux installations du club de golf lors du tournoi du Solid Gold. Dans le passé, d'autres tournois de bars de danseuses nues dans d'autres clubs de golf du groupe se sont moins bien passés, dit-il.

« Il y a déjà eu des voiturettes de golf qui ont servi d'autos tamponneuses... C'est pour cela qu'aujourd'hui, on demande des dépôts, on demande des exemptions. Les clients sont avertis. »

Le Solid Gold pourrait-il revenir l'an prochain au Golf des Îles pour y tenir son tournoi ?

« Il n'y a pas eu de pourparlers, affirme M. Beaudet. Je ne peux pas vous dire. »

Photo Ivanoh Demers, La Presse

L'entrée du Golf des Îles, où le bar de danseuses Solid Gold tenait son tournoi annuel le 16 juillet dernier.