Un bébé de 11 mois de Terrebonne (secteur La Plaine) est mort d'un arrêt cardio-respiratoire, vendredi. L'ambulance a mis 22 minutes à arriver de Repentigny, tous les véhicules de Terrebonne étant occupés.

Louise Leduc LA PRESSE

Quand l'appel d'aide a été fait, la plus haute priorité a été mise sur le cas (P0), dit Stéphane Maillet, directeur des opérations chez Services préhospitaliers Laurentides-Lanaudière.

Normalement, c'est l'une de ses ambulances, à Terrebonne, qui aurait dû être dépêchée sur les lieux, mais aucune n'était disponible.

« Nous avons quatre véhicules à l'horaire, mais il nous en faudrait deux de plus. On est en demande là-dessus depuis 2009 », dit Stéphane Maillet.

En quatre minutes, dit le capitaine Benoît Bilodeau, des affaires publiques de la police de Terrebonne, les policiers étaient, eux, sur les lieux et ils ont entrepris les manoeuvres de réanimation. Ils étaient aussi équipés d'un appareil de défibrillation.

Les ambulanciers de Repentigny sont arrivés 22 minutes après l'appel initial qui, comme c'est toujours le cas, a été géré par le centre de communication central chargé de répartir les appels pour toutes les Laurentides et Lanaudière.

Le capitaine Bilodeau n'a pas commenté le délai, autrement que pour dire que les minutes qui se sont écoulées « ont nécessairement été stressantes et éreintantes » pour les policiers.

Yan Bonhomme, président du Syndicat de Services préhospitaliers Laurentides-Lanaudière, trouve « déplorable » qu'une telle tragédie survienne en 2018, d'autant plus qu'un cas similaire est arrivé en juillet.

Les ambulanciers auraient alors mis 24 minutes à se rendre au secours d'un homme dans la vingtaine, aussi de La Plaine, qui était en détresse cardio-respiratoire.

ABSENCE DE NORMES DÉCRIÉE

À Terrebonne, le syndicat aussi bien que la direction des ambulanciers montrent du doigt le manque d'ambulances et l'absence de normes minimales provinciales.

« Pour les pompiers, il existe des normes sur les temps de réponse. Pourquoi pas pour les ambulanciers ? », demande M. Bonhomme.

Mathieu Traversy, député péquiste de Terrebonne, estime aussi qu'il y a problème. 

« Terrebonne est en pleine effervescence, la population augmente, il y a beaucoup de jeunes familles, de naissances et les effectifs sont mal répartis », dit-il.

Pendant le temps des Fêtes, Hugo St-Onge, lui-même ambulancier, est quant à lui mort à Lévis en attendant une ambulance qui a mis le double du temps recommandé pour se rendre à son domicile.

Un mois plus tôt, il avait cosigné une lettre ouverte pour dénoncer le manque d'ambulances à Lévis.

Il n'a pas été possible de parler au ministre de la Santé, Gaétan Barrette, lundi. Son attachée de presse, Catherine W. Audet a écrit le courriel suivant : « Tout d'abord, nous tenons à offrir nos plus sincères condoléances à la famille et aux proches touchés par ce deuil. Il est important de souligner que les premiers répondants sont arrivés sur place en moins de 5 minutes. Considérant qu'une enquête du coroner est en cours, nous ne commenterons pas davantage sur ce dossier. »

Le Ministère nous a néanmoins fait parvenir des tableaux émanant de l'étude des crédits. D'une région à l'autre, peut-on lire, pour une priorité 0, le délai de réponse est généralement de 11 à 12 minutes, sauf dans Chaudière-Appalaches, où l'attente est de 16 minutes, dans le Nord du Québec, où elle est d'un peu plus de 22 minutes, et à Montréal et Laval, où l'ambulance arrive en général en 9,38 minutes dans les cas les plus urgents.

Ce sont là des moyennes. Lors de l'étude des crédits en 2013-2014, en réponse à la deuxième opposition qui lui demandait combien d'interventions étaient hors délais, le ministère de la Santé avait indiqué qu'il ne compilait pas de statistiques à ce sujet.

« IMPUTABILITÉ PUBLIQUE »

À Montréal et à Laval, les services ambulanciers sont assurés par Urgences-santé, un organisme public. À l'extérieur de la métropole, les services sont assurés par des entreprises privées.

N'empêche, selon Me Jean-Pierre Ménard, avocat spécialisé dans la défense des droits des patients, dans tous les cas de figure, « il y a imputabilité [responsabilité] publique ».

Dans le contrat qui lie les services ambulanciers au gouvernement, il existe nécessairement des clauses obligeant les entreprises à livrer une performance minimale.

Quelle est-elle ? Vérifie-t-on que les conditions du contrat sont respectées ? demande Me Ménard.

Difficile de savoir si le bébé, qui a été trouvé inanimé dans son lit, aurait pu être sauvé s'il avait été dirigé rapidement vers un hôpital, et beaucoup de choses restent à être déterminées. Une enquête du coroner a été lancée, mais selon la police de Terrebonne, absolument rien ne laisse soupçonner un acte criminel.

Ce décès et les autres survenus récemment soulèvent la question des temps de réponse, selon Me Ménard. « Le problème vient-il d'une volonté du gouvernement de contrôler le budget ? Si c'est le cas, ce n'est certainement pas le bon endroit pour couper dans les dépenses. »