Deux incendies ont fait rage en fin d'avant-midi dans deux immeubles à logements presque voisins de l'arrondissement montréalais d'Anjou. On ignore s'il y a un lien entre les deux brasiers, mais ils forcent 60 personnes à trouver un autre toit pour les jours à venir.

David Santerre LA PRESSE

Il s'agit de deux immeubles sis au 7760 et 7800 Des Ormeaux. Le feu a pris naissance dans le plafond d'un logement situé au troisième étage du premier immeuble.

«Quelques instants plus tard, le feu est sorti dans leplafond d'un autre logement du troisième au 7800. Il y a trois immeubles entre les deux, alors on tentera de savoir si le premier feu aurait pu, d'une certaine façon, se propager, ou s'il s'agit de deux feux distincts», indique le chef aux opérations du Service d'incendies de Montréal, André Paquette.

Les cinq immeubles, du 7760 au 7800, sont identiques et renferment 50 logements. Difficile de s'imaginer que les flammes ont pu passer du premier au cinquième sans embraser les trois du centre au passage, mais avec le feu, et selon la structure du toit des immeubles, tout est possible selon M. Paquette.

Les pompiers ont sonné une quatrième alerte, ce qui signifie que 80 sapeurs étaient sur place. Un déploiement qui s'explique par le nombre de logements à évacuer et le risque de propagation à une très grande zone.

Une dame a été légèrement incommodée par la fumée et a été prise en charge par Urgences Santé.

En plus des deux logements touchés par le brasier, trois autres sont très lourdement endommagés par l'eau des pompiers et ne seront pas accessibles pour plusieurs semaines. Et au total, 28 logements sont inaccessibles ce soir, à cause de l'eau et de l'absence d'électricité dans les immeubles.

La Croix-Rouge a pris en charge 60 sinistrés, soit une douzaine de familles, qui ne pourront dormir chez eux pour ce soir, ou pour plusieurs jours dans certains cas.