« Les Hells Angels délaissent les activités criminelles pour des activités légales, et l'organisation elle-même deviendra légale à court et moyen terme. »

Daniel Renaud LA PRESSE

Ces propos sont ceux du Hells Angels Gaetan David. Le motard de 49 ans vient d'obtenir sa libération d'office après avoir purgé les deux tiers d'une peine prononcée dans la foulée de l'opération SharQc. Il a fait des représentations écrites auprès des Commissaires aux libérations conditionnelles du Canada (CLCC) et ce sont ces derniers qui rapportent ses dires dans leur décision rendue le 19 février.

Selon les commissaires, dans son discours, David a tendance à minimiser l'angle criminel de l'organisation. Et c'est à ce moment qu'il a tenu les propos cités ci-haut.

Au fil des ans, plusieurs sources policières ont indiqué à La Presse que les Hells Angels du Québec se sont raffinés avec les années et ont beaucoup appris de la mafia, qui infiltre l'économie légale depuis des décennies et qui a déjà été soupçonnée d'avoir infiltré le milieu politique.

Des enquêteurs de l'enquête antimafia Colisée nous ont déjà confié que le défunt parrain de la mafia montréalaise, Vito Rizzuto, avait commencé à blanchir sa fortune et était sur le point de devenir inatteignable lorsqu'il a été arrêté en 2004 pour un triple meurtre commis à New York en 1981.

Détention houleuse

Mais revenons à David. Les commissaires lui reprochent son manque de transparence et d'ouverture envers ses agents de libération. « Vous dites ne pas voir la pertinence de parler de choses personnelles à de purs étrangers », écrivent-ils.

Ils soulignent le fait que David a refusé de suivre tout programme de réinsertion à l'intérieur des murs et qu'il a eu un comportement inadéquat en détention.

« Vous êtes essentiellement la même personne que lors de la perpétration de vos délits », déplorent les commissaires.

Ceux-ci notent que David a été un « personnage influent » dans le milieu carcéral. Il a tenu des propos irrespectueux, a refusé de travailler et est revenu de la cour extérieure avec des objets interdits. Lors d'une libération conditionnelle de jour, il a récidivé, il a écopé d'une sentence supplémentaire et sa libération a été révoquée, peut-on lire dans la décision.

À deux reprises durant sa détention, David a été transféré dans un pénitencier à sécurité maximale. En 2014, avec deux autres détenus, il a comploté, financé et octroyé un contrat d'agression contre le président du comité des détenus. En janvier 2016, il a été trouvé intoxiqué par l'alcool.

David dit vouloir finir ses études secondaires et faire du bénévolat une fois libéré. En raison des risques de récidive, les commissaires lui imposent de sévères conditions ; éviter toute personne ayant des antécédents ou liées à une organisation criminelle, ne pas consommer d'alcool et de drogues, éviter les bars, demeurer dans un centre reconnu par les services correctionnels et suivre un programme établi par son agent de libération.

Racines autochtones

Comme pour son frère motard Ghislain Vallerand, les commissaires soulignent les racines autochtones de Gaetan David, qui serait de la nation micmac.

Dans leur décision, les commissaires soulignent que les politiques gouvernementales antérieures ont été conçues pour assimiler les populations autochtones, et que cette assimilation forcée « a entraîné la perte de l'estime de soi, de l'équilibre, de la confiance et du sens d'appartenance », et que ces pertes se sont perpétuées d'une génération à l'autre et ont entraîné une surreprésentation des autochtones dans le système correctionnel.

Mais du même trait, les commissaires écrivent que David n'a pas été éduqué selon la culture autochtone, qu'il a perdu son identité culturelle autochtone et que ses antécédents autochtones ne peuvent à eux seuls expliquer l'ancrage de sa criminalité.

Gaetan David:

Ancien membre de la section de Sherbrooke

A déjà dirigé une maison de débauche et des bars clandestins

Responsable d'un territoire de trafic de stupéfiants

Un des anciens sergents d'armes de la section, il aurait planifié des meurtres durant la guerre des motards et aurait même agi comme tireur selon la CLCC

Condamné à 16 ans et trois mois pour complot pour meurtre

Sa peine a été réduite de moitié par la Cour d'appel en 2016

Gaetan David